Ça fait vraiment une paie que je n’ai rien posté ici-bas, il faut dire que je suis pris d’une flemme récurrente ces derniers mois et qu’en rentrant je passe plutôt mon temps à acheter des jeux que je ne finirai jamais pour les 2/3 d’entre eux tout en traînant sur des chaînes Twitch pour rigoler un bon coup. Néanmoins à l’occasion de l’élaboration de mon bulletin de vote pour les prix Minorin je me suis dit que je pouvais en profiter pour faire un petit bilan de mon année dans la mesure où j’avais déjà fait le travail de tri. Ainsi contrairement aux autres années, je vais plutôt appuyer mon article sur ce bulletin plutôt que suivre le format de top unique de ces dernières années.

Nb : Comme toujours cet article est sponsorisé par une certaine dose de mauvais goût 😉


 

Commençons avec les openings, catégorie avec pas mal de titres qui m’ont plus même si en moins grand nombre que l’année dernière. On y retrouve dans un ordre décroissant des titres assez variés finalement avec par exemple un trio de tête composé de :

  • L’entraînant « Shiny Days » du très bon Yuru Camp qui allie visuel chatoyant intégrant de manière originale le nom des membres du staff le tout sur une musique qu’on se surprend à chantonner même un an plus tard avec le sourire aux lèvres…

  • Un peu moins marquant dans son air on retrouve « Make Debut » le rythmé opening de Umamusume Pretty Derby qui est plus classique dans sa mise en scène avec une première moitié servant à présenter la plupart des personnages autour de l’héroïne de manière comique avant d’enchaîner sur la seconde partie bien accompagnée par l’air sur la préfiguration de ce qui sera le cœur du titre : les courses entre les différentes filles.

  • Aussi inattendu que décalé par rapport aux attentes on retrouve « Red Swan » sur cette troisième place avec un titre aux antipodes des précédents opening de Linked Horizon pour l’Attaque des Titans. On est ici face à un opening plus mélancolique et doux qui met en avant de très belles scènes fixes entre ses parties animées basées sur le passé des différents protagonistes du titre. Au final l’ensemble se marie assez bien à la thématique de l’arc concerné qui est consacré à exhumer les secrets que cache justement ce passé. Un opening sans titans pour un arc ou l’ennemi n’est plus celui qu’on croit.

Derrière ces trois là on retrouve d’autre séquences que j’ai su apprécier tout au long de l’année comme le visuellement très intéressant opening de Hanebado , le très dynamique opening de Sword Art Online Alternative  qui marquait en outre le grand retour d’une artiste que j’apprécie beaucoup : Aoi Eir. En parlant de Sword Art Online le nouvel opening de Alicization sur une chanson de Lisa est à nouveau au rendez-vous, dans la catégorie des titres controversés il pourra être rejoint par la seconde version de l’opening de Darling in the FranXX qui est finalement peut-être ce que j’ai le plus apprécié de la série. Moins attendus mais ils ont aussi marqué mon année : l’opening déjanté de Zombieland Saga  , le très fleuri et romantique opening de Bloom into You , l’inégal mais puissant opening de Grancrest Senki   et le très comique mais entraînant second opening de Wotakoi.


Après les openings on retrouvera logiquement les endings, catégorie toujours plus difficile à juger pour moi car j’ai tendance à les skip la plupart du temps sauf exceptions. Ce n’est néanmoins pas pour autant que je n’ai pas ma petite sélection annuelle avec un duo de tête composé de :

  • Une fois encore on retrouve du Yuru Camp avec un ending très doux qui donné envie de faire comme les héroïnes à l’écran : aller ce coucher le sourire aux lèvres. Si je devais faire une métaphore : Yuru Camp commence par vous inviter à entrer avec son opening dynamique et entraînant, puis vous mets à l’aise et les pieds au chaud pendant l’épisode avec sa bonne humeur et son ambiance chill avant de venir vous border gentiment pendant l’ending.

  • Là encore un titre déjà cité : on retrouve un titre déjà cité avec l’ending de la saison trois de l’Attaque des Titans où on retrouve le fidèle Linked Horizon pour un ending où on retrouve toute la puissance de ce qui faisait leur openings des succès. En prime le visuel est très intéressant en mettant en scène Historia, le personnage principal de l’arc dans plusieurs scènes monochrome du meilleur effet.

Un peu derrière on retrouve un groupe plus disparate avec notamment l’ending de Steins Gate Zero  qui transmet bien l’atmosphère lourde du titre aussi bien visuellement que par sa chanson, c’est d’ailleurs souvent sur la chanson que je choisi mes endings comme avec la très belle chanson de fin d’Après la Pluie , celle du film Maquia  ou encore celle du film Gundam NT  . Encore un peu plus loin on retrouve les endings de SAO Alternative   plutôt chatoyant, celui de Alicization   ou encore le triste ending de Violet Evergarden.


 

Pour finir avec l’aspect musical abordons rapidement le chapitre des OST où je suis encore plus nul que pour les deux premières pour me prononcer mais cela ne m’empêchera pas de le faire. Cette fois on retrouve un trio de tête assez atypique avec :

Starlight Revue : il faut dire que le titre est rempli d’insert song plutôt très cool pour accompagner les nombreux combats entre nos héroïnes. La musique et le chant sont ainsi au cœur même du titre et je trouve le rendu très réussi.

YoriMoi, un titre sur lequel on va souvent revenir dans cet article. Déjà remarquable sur plusieurs autres aspects, mon meilleur anime de l’année se démarque aussi naturellement sur le plan musical réussissant toujours à apporter ce petit plus au moment opportun pour toucher le spectateur.

Plus inattendu pour vous, on retrouve ici Grancrest Senki, un titre contrasté sur de nombreux plans mais qui a su notamment au travers de son OST faire vibrer ma fibre de fan d’heroic-fantasy à grande échelle, genre qui est désormais dans l’ombre de son cousin et voisin l’issekai.

D’autres titres me viennent à l’esprit quand on parle de bonne OST comme le sentimental Bloom Into You, les deux séries Sword Art avec une bande son toujours efficace dans l’action, celle de l’Attaque des Titans toujours aussi fiable et puissante, la reposante OST de Yuru Camp ou d’après la Pluie et enfin la plutôt réussie OST de Darling in the FranXX.


 

Je ne compte pas m’attarder sur des distinctions « négatives » et intéressons-nous maintenant aux titres qui m’ont marqué par leur cast de personnages. Sans surprise on va retrouver des titres déjà évoqués :

  • Le déjà spoilé AOTY en la personne de YoriMoi qui est littéralement porté par son quatuor de filles qui certes en centré sur Shiraze mais qui est pour moi indissociable du fait de la réussite d’une belle alchimie entre elles. En prime même les personnages secondaires du cast savent se montrer intéressants.Sora Yori mo Tooi Basho - 06 - Large 36
  • Dans la catégorie groupe j’ajouterais le casting d’Umamusume Pretty Derby qui est dans l’ensemble très réussi autour de la dynamique et attachant Spécial Week. Ainsi malgré leur grand nombre logique dans le cadre d’un jeu mobile, la grande majorité d’entre elles savent se montrer intéressantes et/ou amusante.Uma_Musume_Pretty_Derby
  • Toujours en victoire collective cette fois le casting de Revue Starlight, car même si Hikari et Karen en sont avant tout les deux héroïnes principales, la plupart des autres filles ont leur moment de gloire et de doute comme par exemple Nana, Maya ou encore Junna.93552l
  • En duo cette fois on va retrouver en premier lieu Yuu et Touko de Bloom into You qui restera probablement le couple qui m’aura le plus touché cette année par son asymétrie et ses tâtonnements.maxresdefault
  • Duo très différent cette fois avec Ash et Eiji de Banana Fish, titre beaucoup plus cruel et sombre mais qui là encore nous mets devant une relation très asymétrique entre le gentil et naif Eiji et le redoutable mais meurtri Ash.Banana-Fish-11-3
  • Comment parler de duo sans évoquer encore une fois Yuru Camp qui aurait il est vrai pu être nommé en tant que groupe. Néanmoins je trouve que le duo entre Rin la solitaire et la communicative Nadeshiko fonctionne incroyablement bien.14Y0BON

Dans la mesure où j’ai déjà passé trop de temps sur cette partie je vais me contenter de namedrop quelques personnages qui m’ont beaucoup plus individuellement on y retrouve ainsi la redoutable Llenn de SAO Alternative et sa double personnalité, Historia Reiss qui se révèle complètement dans l’Attaque des Titans, la touchante Anzu de Hinamatsuri, le toujours marquant Lupin III ou encore le déjanté Tatsumi Koutaro de Zombieland Saga.


 

Sur le plan technique aussi un certain nombre de titre se sont démarqués à mes yeux durant cette longue année 2018, titres que je vais séparer en deux entre ceux qui se démarquent par leur ambiance visuelle, leur choix de couleur et/ou de décors ainsi que leur chara-design et ceux qui se démarquent par la qualité globale de leur animation.

C’est ainsi que dans la première catégorie on va retrouver des titres comme :

  • Bloom into You
  • Après la Pluie
  • Violet Evergaden
  • YoriMoi
  • Minuscule
  • Irozuku Sekai no Ashita
  • Maquia

Alors que dans la seconde je vais plutôt regrouper :

  • Revue Starlight
  • Hanebado
  • SAO Alternative
  • Darling in the FranXX

Et pour finir on retrouve deux titres qui me marquent sur les deux aspects à la fois :

  • Violet Evergarden
  • L’Attaque des Titans

 

Mais trêve de bavardage, il est temps d’en finir avec cet article bien trop long et de conclure quand même par mon top10 de l’année, sachant qu’il y a au moins le double de titres qui mériteraient d’être mis en avant.

10 – Sword Art Online Alternative Gun Gale Online

On a déjà évoqué le titre mais j’ai trouvé très plaisant le déroulement de ce titre même si je n’ai pas toujours adhéré au caractère d’un certain personnage. Malgré tout SAO Alternative arrive à être plus direct et fun que la franchise dont il s’inspire avec un personnage principal attachant et une action débridée. Le travail pour une fois confié au studio 3Hz est de qualité et l’adaptation est tombé au bon moment en mettant en scène un battle royal en plein cœur de la hype Fortnite/PUBG. Si vous aimez l’action sans trop vous prendre la tête alors suivez le démon rose et P-chan.

9 – Seishun Buta Yarou wa Bunny Girl Senpai no Yume wo Minai

Première apparition dans cet article pour cette adaptation signée Cloverworks même si j’aurais pu évoquer son opening qui a plus à beaucoup de monde où son héroïne plutôt sympathique. Bunny Girl Sempai est un titre un peu étrange mais plus fort bien réussi malgré tout. Pourquoi étrange ? Parce qu’à la manière d’autres titres notables avant lui, il tente de mélanger problème d’ados et sentimentaux avec des principes de mécanique quantique qui par définition ne sont pas censés exister à cette échelle. C’est malgré tout avec plaisir que j’ai suivi pendant tout un saison le personnage un peu étrange de Sakuta venant en aide d’abord à son love interest la très joli Mai puis successivement à une amie, une cadette ainsi qu’à sa sœur en fil rouge. Certains passages sont peut-être un peu trop rapides mais je trouve malgré tout l’écriture d’un bon niveau : un très bon titre lycéen de l’année.

8 – Après la Pluie

J’avais déjà entendu énormément de bien du manga sorti chez nous par Kana, mais cet anime bien que sabordé en partie par sa diffusion sur Amazon Prime est lui aussi assez excellent. Adapté par Wit Studio il est la preuve après la bonne mais parfois inégale adaptation de Magus Bride, que le studio peut arriver à traiter avec brio un sujet aux antipodes de l’image qu’il s’est collé avec l’Attaque de Titans et Kabaneri. Dans Après la Pluie on suit le cheminement d’Akira Tachibana une jolie lycéenne, ancienne gloire de son club de sport mais qui a vu son élan brisé par une vilaine blessure. Elle fuit cette situation dans son travail de serveuse où elle tombe amoureuse de son patron qui lui aussi cache ses propres meurtrissures. C’est donc le chemin de deux âmes à la recherche de la lumière qu’on prend plaisir à suivre, le tout sublimé par une réalisation de qualité.

7 – Lupin III – Part 5

J’avais déjà dit beaucoup de bien de la saison 4 de Lupin III qui se déroulait en Italie, même si rétrospectivement elle manquait un poil d’originalité, c’est donc avec plaisir que j’attendais cette nouvelle saison qui en plus se déroule en partie en France. Cette nouvelle saison est au final encore plus réussie, toujours d’un bon niveau technique mais traitant de thématiques plus actuelles et de façon plutôt intelligente. Ici exit les simple vol et évasion rocambolesque, bienvenue chez Lupin 3.0 dans un monde connecté. Ici on parle de cryptomonnaie, de reconnaissance facile, de fichage, de drones, de darknet et de tout ce qui touché à la protection des données et la vie privée, thématique au cœur de l’actualité de ces dernières années. Parfois entrecoupé d’épisodes plus légers, on notera l’apport important du nouveau personnage récurrent de cette saison en la personne d’Ami, la spécialiste du hacking qui se révèle bien plus centrale dans l’intrigue de pouvait l’être Rebecca dans la saison 4. N’hésitez pas à lui donner sa chance, ça se suit tout seul.

6 – Umamusume Pretty Derby 

Ceux qui me connaissent l’attendaient peut-être même plus haut mais il est néanmoins bien là. Encore un titre loufoque et en plus basé pour être le support d’un jeu gacha-game, sur le papier il ne partait pas favori, loin de là. Et pourtant Umamusume est un titre rempli de bonne volonté, de bonne humeur et même de bonnes idées. Umamusume se déroule dans un monde où des fille cheval cohabitent avec les humains et participent à des courses comme celles qui existant réellement, d’ailleurs les différentes héroïnes du titre sont toutes nommées d’après de véritables cheveux de courses. On suit ici Special-Week, la nouvelle étoile montante du milieu débarquée de sa campagne et qui se lie d’amitié avec la grande star du moment Silence Suzuka et elle va tout faire pour être en mesure de pouvoir courir contre elle dans une course officielle un jour. Titre au casting très fourni mais réussi, le titre alterne entre scènes comiques, quelques passage plus sérieux et des scènes de courses intenses qui évitent l’écueil de vouloir faire durer l’action trop longtemps. Pour rajouter une touche de wtf, j’ai oublié de mentionner que la gagnante de chaque course a le droit de se produire sur scène telle une idol juste après faisant de nos héroïnes des stars à double titre. Mention spéciale pour les commentaires des courses qui apportent une vraie plus-value.

5 – Bloom Into You

On retrouve ici cette très belle romance qui est une des rares raisons de ces derniers mois qui m’a fait conserver mon abonnement à ADN. On suit ici la relation entre Touko et Yuu, la première étant ouvertement amoureuse de la première et parvenant en tant que présidente des élèves à l’attirer elle aussi dans le conseil. Le titre est visuellement très soigné et l’asymetrie de la relation entre les deux personnages principaux est bien rendue dans la mesure où les intentions de Yuu ne sont jamais très claires même pour elle-même. La présence de personnages secondaires eux aussi bien traités comme par exemple la meilleure amie de Touko ou la prof apporte une profondeur appréciable à ce titre dont j’aimerai vraiment avoir la suite un jour… Si vous cherchez une belle romance vous pouvez foncer d’autant que le tandem Troyca/Makoto Katou signe là un retour très réussi sur tous les plans laissant présager du bon pour le spin-off de Fate prévu pour cet été par ce même tandem.

4 – Yuru Camp

Un titre dont j’ai déjà longuement parlé dans cet article : vraie réussite du début à la fin et dont la saison 2 est d’ores et déjà programmée. J’ai déjà dit que le titre qui traitait du camping était incroyablement relaxant et paisible, les personnages sont en prime tous remplis de bonne humeur et de bonne attention. C’est vraiment une série qui fait du bien dans les journées difficiles et saura détendre les plus tristes et les plus anxieux d’entre nous pour peu qu’ils soient réceptifs à ce genre d’ambiance. Finalement c’est un double succès car le projet était porté par un studio quasi-inconnu et qu’il s’agit du premier travail à ce poste de son réalisateur.

3 – Shoujo Kageki Revue Starlight

À nouveau un titre déjà longuement évoqué et qui marquait le retour un an après son carton de Made in Abyss du studio Kinema Citrus et c’est donc deux ans de suite que ce studio arrive à placer un de ses titres sur mon podium, en se payant le luxe d’être un original qui plus est. Starlight Revue c’est l’histoire d’un groupe de jeunes filles qui se forment dans une école de Takarazuka, une forme de théâtre féminin mélangeant danse et chant. Le titre reprend d’ailleurs visiblement beaucoup de codes de cette forme particulière de théâtre pour le critiquer mais pour plus de détails il faudra plutôt s’adresser à des connaisseurs comme par exemple dans le second pilote du comité des saison qui en parle longuement . Pour le néophyte que je suis, Starlight Revue c’est avant tout une métaphore de la lutte pour la première place de la troupe à grand renfort de combats à l’arme blanche portés par une animation de qualité et d’excellente insert songs. Les parties dans l’école relèvent de la tranche de vie et de la bonne humeur mais ce qui se passe dans les profondeur de son sous-sol sous la supervision de cette girafe chelou est tout sauf pacifique avec en plus le couperet planant au-dessus de leur tête comme quoi seule la gagnante pourra briller…

En conclusion il est parfois un peu compliqué de comprendre toutes les implications de ce titre à tiroirs multiples mais même au premier degré il reste un excellent titre que je recommande pour son casting plaisant et surtout pour ses nombreux combats classieux.

2 – L’Attaque des Titans s3

Pour celui-là je ne pense pas qu’il soit nécessaire de vraiment m’étendre puisqu’il est présent régulièrement dans mes articles pour peu qu’une partie soit diffusé durant l’année en court et il est fort probable qu’on le retrouve dans le coin l’année prochaine. Malgré ses difficultés ayant entrainé le report de la seconde partie de la saison, j’ai une nouvelle fois été happé par le titre et sa mise en scène dans cet arc un peu différent des autres dans ses thématiques car pour une fois l’ennemi n’est plus les titans mais bel et bien des humains. Complot politique, assassinats et révélations sont au programme de cette demi-saison avec au programme toujours quelques combats de grande qualité et des personnages toujours aussi marquants qu’il s’agisse d’Historia, Mikasa, Rivaille ou encore Kenny…

1 – YoriMoi (Sora yori mo Tooi Basho)

Eh oui sans grande surprise il est bel est bien là, à la seule place qui lui convient à mes yeux, parti avant les autres mais étant parvenu à garder la tête tout au long d’une année pourtant fournie. YoriMoi qui est en plus un original est un nouveau succès à mettre au compte de la réalisatrice Ishizuka Atsuko. On est habitué à voir des titres mettant en scène des groupes de filles mais il faut bien avouer que l’Antarctique était une destination plus qu’originale et que le fait de réussir à intégrer ça dans une histoire pleine de justesse et touchante n’était pas forcement évidente sur le papier. Et pourtant c’est le cas avec ce titre à qui tout réussi et où on suit Shirase sur les traces de sa mère et qui va se voir accompagné de ses nouvelles amies Hinata, Yuzuki et Mari dans une expédition vers le continent de glace. La force du titre comme je l’ai déjà dit c’est avant tout de traiter de manière poussée et complexe des thématiques comme l’amitié et le deuil en arrivant magnifier ses meilleurs moments tout en proposant des parties plus légères pour garder malgré tout un titre agréable à suivre sans être trop pesant. En définitive YoriMoi est un titre qui sait parler et toucher bien au-delà de l’habituelle fanbase en direction du grand public et ce de manière plus prononcée que Yuru Camp car s’articulant autour d’une vraie trame en forme de quête en mémoire de la mère de Shirase.

Voilà qui conclue une très bonne année 2018, en espérant que 2019 soit aussi bonne, ce qui pourrait bien être le cas vu les nombreux titres déjà prévus et ceux déjà commencé au moment où j’écris ces lignes. Il n’y aura d’ailleurs pas de preview de la saison mais vous pouvez retrouver mon avis en tant qu’invité du premier épisode officiel du Comité des Saisons

Disponibilité française des titres cités dans l’article

Wakanim :

  • L’Attaque des Titans s3
  • Bunny Girl Sempai
  • SAO Alternative
  • SAO Alicization
  • Grancrest Senki
  • Minuscule
  • Steins Gate Zero

Crunchyroll :

  • YoriMoi
  • Yuru Camp
  • Zombieland Saga
  • Hinamatsuri
  • Darling in the FranXX
  • Hanebado

ADN :

  • Bloom into You

Amazon :

  • Après la Pluie
  • Wotakoi
  • Banana Fish

Netflix :

  • Violet Evergarden

 Aucune :

  • Starlight Revue
  • Umamusume
  • Lupin III Part 5
  • Maquia

Publicités