Alors que je cherchais à relancer un peu mon activité et donc un sujet pour un article à placer entre le bilan anime du printemps (très en retard) et celui de l’automne qui va rapidement arriver désormais, il s’est produit un miracle assez rare : j’ai fini deux jeux ! En effet si vous me suivez depuis un certain temps vous aurez remarqué que j’ai cette maladie assez répandue d’accumuler les jeux sans jamais les finir… Ces deux jeux sont le toujours excellent The Banner Saga 3 du studio Stoic qui se trouve être dans la pure lignée des deux premiers dont j’ai déjà dit beaucoup de bien par le passé donc je ne reviendrai pas dessus outre mesure.

C’est plus sur le second que je veux revenir puisque c’est un jeu que j’ai longtemps hésité à prendre avant de me décider sur un coup de tête pour la version switch. J’ai d’autant plus hésité qu’il s’agit d’une série de RPG japonais vénérable et plus âgée que moi tout en restant bien moins connue que les deux poids lourds lancés dans la même époque que sont Final Fantasy et Dragon Quest car ne jouant pas dans la même catégorie du point de vue des moyens.

Ys_VIII_Lacrimosa_of_DanaCette série c’est donc celle des Ys, série développée par la compagnie japonais Falcom, société crée en 1981 et spécialisée dans le RPG au travers notamment de la série Ys mais aussi de la série des The Legend of Heroes dont le dernier en date est le Trails in the Cold Steel, le cinquième volet, lui-même découpé en quatre jeux distincts. Le type de jeu publié relevant plutôt de la niche et la compagnie restant un nain sur l’échelle mondiale des studios de jeu-vidéo même en ne considérant que les japonais, les jeux du studio sont comme je le disais assez méconnus en occident et c’est d’ailleurs mon cas, n’ayant touché que deux jeux créent par le studio avec Ys VIII et Ys Origin.

Sachant cela je ne vais donc pas m’étendre plus que cela sur le background de la série puisque je n’en connais presque rien si ce n’est que le personnage principal reste le même durant tous les volets à l’exception du Origin puisqu’il s’agit d’un prequel décalé de plusieurs centaines d’années, on suit donc les aventures multiples de l’épéiste aventurier Adol Christin plongé dans un monde à la fois inspiré du notre sur certains points et fortement rempli de fantasy avec des histoires de dieux, de magie et de passé sombre… Une originalité que j’ai trouvé en me basant sur Ys VIII est que les personnages principaux contemporains sont tous dépourvus de magie propre et s’en remettent juste la force de leurs armes voire de leurs pièges pour vaincre l’adversité.

Adol's_World_Map

Ys VIII commence alors qu’Adol ainsi que son ami Dogi effectuent une traversée en tant que matelot à bord du navire Lombardia en direction du continent d’Eresia depuis Xandria, où se déroulait l’action de Ys V et l’ensemble se déroule dont avant les évènements des épisodes VI et VII. Alors que le navire du capitaine Barbaros traverse l’archipel de la mer de Gaete au sud de Greek, il est attaqué par une créature marine géante près de l’île maudite de Seiren dont on dit que personne ne revient jamais… Le navire sombre corps et bien avec son équipage et ses passagers et Adol se réveille sur une des plages de l’île.

Ainsi débute une grande aventure mêlant exploration des différents recoins de la grande île et action, en effet la série des Ys est une série d’Action RPG que j’ai trouvé très dynamique avec un gameplay un peu à mi-chemin d’un Tales of et de Nier Automata.

01e1f825d47f3cf18cea4fb2423f9b77

Tales of pour le côté combat de groupe avec quatre compétences à choisir dans un vaste pool qui se développe au fil du temps et qu’on doit faire gagner en puissance en les utilisant et Nier pour le côté plus nerveux avec les enchainement et les esquives ainsi que des combats sans transitions directement sur l’aire de jeux principale.

05

Un point rendant l’action dynamique réside dans la possibilité de permuter d’un simple bouton entre trois membres du groupe, très utile ne serait-ce qui pour exploiter la faiblesse de certains ennemis aux dégâts tranchants/perforants/contendants.

Très vite on croise la route d’une des passagères : Laksha Von Roswell qui se révèle être aussi une escrimeuse de talent armée de sa rapière, puis celle du capitaine Barabaros. Ensemble ils décident de mettre en place un camp pour les naufragés et Adol part alors explorer l’île à la recherche des éventuels survivants… Mais l’île semble abriter une faune assez inhabituelle comme si elle avait quelque chose à cacher et surtout pourquoi Adol se met-il à rêver de la mystérieuse Dana qu’il ne connait pas durant chaque nuit depuis son arrivée sur l’île ?

DJfowBsWsAAJQfh

La mission de nos héros va donc être à la fois d’essayer de quitter l’île mais aussi de lever le voile sur le mystère de l’île. Si le scénario de départ tient sur un post-it ce n’est pas le cas du reste du jeu pour, lequel il faut facilement compter 40 heures en normal (en gros sans jamais faire de game over pour un joueur moyen comme moi…) pour en voir la vraie fin. Si ce dernier n’est pas révolutionnaire, je l’ai trouvé très prenant et agréable à suivre surtout couplé à ces nombreuses phases d’exploration ou de défense du village qui se fait sous la forme d’un combat à plusieurs vagues. Tout est fait pour que le jeu soit globalement plaisant et dynamique dans son déroulement quel que soit la phase en court. On sauve des gens, ce qui permet de débloquer de nouvelles zones pour sauver d’autres gens qui débloquent chacun une partie du village (forge, troc, couture, cuisine…) qui vous demanderons souvent de collecter les innombrables ressources qu’on trouve partout sur l’île (il y a même de la pêche comme toujours dans les jeux japonais…).Vous pourrez en outre trouver des cadeaux et résoudre des quêtes en rapport aux naufragés secourus pour augmenter leur affinité et ainsi bénéficier de leur support pour défendre votre village des nombreux assauts. En plus de sauver les gens pour débloquer certaines zones de l’île on retrouve un petit côté classique à base de zone qu’on ne peut finir explorer qu’en débloquant plus tard différents items au fil de l’aventure (double saut, gants d’escalade, …).

maxresdefault

Le principal reproche que je pourrai faire à ce jeu est d’être mal optimisé, déjà que cette version est adaptée de la première soit celle de la Vita, le jeu bien qu’assez pauvre se met parfois à pixeliser fortement sans raison évidente alors que quelques rares passages souffrent de ralentissement conséquent. Si le jeu n’est pas très beau c’est malgré tout assez agréable à suivre en mode portable pour cette version switch, cependant sur ma télé ça m’a vraiment piqué les yeux et je n’ai pas poussé plus loin l’expérience qu’un gros quart d’heure. Bien techniquement limité, artistiquement le rendu est très correct et le travail sur l’ost est quand même de qualité et parfois assez original.

Vous l’aurez compris je conseille ce jeu aux fans d’aventure et d’exploration qui sauront être indulgent envers son aspect visuel limité d’un jeu loin d’être un triple A dans les moyens mis en œuvre mais qui saura se mettre en valeur par son rythme, son ambiance, ses rebondissements, ses multiples aspects et son casting de personnages plutôt réussi. Ah j’oubliais, Ys VIII est donc sorti ces deux dernière années sur PS Vita, PS4, PC et Switch donc vous n’aurez pas l’excuse du support pour ne pas lui donner sa chance.

Ce jeu m’a d’ailleurs permis de comprendre que l’exploration avait toujours eu une vraie importance dans les RPG japonais ce qui fait que malgré leurs défauts je sois un très grand fans des trois Xenoblade (Monolith est probablement ce qui se fait de mieux pour toute la partie décor à l’heure actuelle je trouve), de Golden Sun, des Tales ou encore de Skies of Arcadia là où au final je ne suis pas arrivé au bout du récent Octopath Traveler qui se résume à beaucoup de dialogues et encore plus de combats. Même hors RPG je pense que c’est ce qui explique que j’aime autant le dernier Zelda que j’ai recommencé pendant l’été, finalement quitte à ne pas avoir d’exploration je préfère autant jouer à un tactical c’est pour ça que mes deux prochains gros jeux switch du mois seront Xenoblade Chronicles 2 : Torna – The Golden Country ainsi que Valkyria Chronicles 4.

A bientôt pour de nouvelles aventures.

Publicités