En ce week-end Pascal, l’occasion n’est-elle pas trop belle de profiter de ces trois jours pour terminer cette saison d’hiver 2018 riche en animes émouvant et en faire un bilan ? En fait oui et non dans la mesure où je suis temporairement au chômage depuis hier donc j’aurais aussi très bien pu faire ça cette semaine. Au passage il est vrai que cela fait presque trois mois que je n’ai pas posté sur mon blog, ce qui ne veut pas pour autant dire que je sois à 100% inactif, pour ceux que ce intéresse j’ai pendant ce laps de temps participé à un dossier sur l’ère des Cristaux chez les confrères de Vaikarona et au challenge de Manga Suki de Janvier et Février en parlant de Six Half et de Zetsuen no Tempest.

Quel bilan tirer de cette saison qui s’achève avant d’entrer dans le détail ? D’un point de vue personnel il aura été marqué par l’excellence de nombreux titres capable de me tirer des larmes et de toucher mon cœur de fragile avec en vrac : Yorimoi, Après la Pluie, Violet Evergarden, Sangatsu no Lion ou même Yuru Camp et The Ancient Magus Bride. Mais il a aussi été marqué par la faiblesse à divers niveaux des titres plus orientés action (Beatless, Overlord, Death March, Fate Extra) où seuls Darling in the FranXX, Grancrest Senki et dans une certaine mesure Nanatsu no Taizai ont tenus leur promesse.

Comme d’habitude je parlerais dans un premier temps des animes qui se terminent puis de ceux qui continuent la saison prochaine.

1 – AOTS: Le sursaut d’un Madhouse déclinant:  Sora Yori mo Tooi Basho / A Place Further than the Universe (Crunchyroll)

yori
Le fun est partout !

Alors que Madhouse sortait en même temps pas moins de trois titres cette saison et que tous les yeux se tournaient vers les suites très attendues par une partie de la communauté d’Overlord et de Card Captor Sakura, la fulgurance est venue du troisième, de cet original réalisé par Atsuko Ishizuka et écrit par Jukki Hanada. Et pourtant le plot de base qui se résumait un peu à « quatre lycéenne partent pour l’Antarctique » ne m’inspirait pas spécialement confiance.

Dès les premiers épisodes mes craintes avaient été balayées et j’étais déjà assez optimiste dans ma preview même si j’étais loin du compte. Avez-vous des animes où le simple fait de réentendre une des musiques principales de l’ost est capable de vous tirer quelques larmes ? Moi j’en ai (pas tant que certains pourraient le croire) mais ce titre en fait désormais partie, notamment avec le remarquable Haru Ka Tooku qui sert d’insert song à plusieurs reprises.

Mais pourquoi finalement ? Tout simplement parce que j’ai eu le sentiment que malgré ce point de départ improbable, presque toutes les situations rencontrées au cours du titre ont été écrite et réalisées avec une justesse remarquable, qu’il s’agisse aussi bien des passages tristes que des passages de joie. En plus d’être un anime mettant en scène un groupe de quatre filles ce qui est très (trop présent ?) de nos jours, c’est un titre qui mêle à la fois un voyage original documenté avec grand soin qu’un titre hommage à l’amitié dans ce qu’elle a de plus beau mais aussi parfois dans ce qu’elle a de plus noir. C’est aussi un titre qui s’intéresse de près aux réactions différentes que peuvent avoir plusieurs personnages face au deuil qu’il s’agisse de Shirase ou de Gin.

S’il y a bien un titre qui mérité à mes yeux qu’on lui donne sa chance cette saison et ce même si on n’est pas un grand fan des animes à base de lycéenne car pour moi il occupe vraiment le haut du panier. C’est d’ailleurs le seul anime de cette saison a qui j’ai attribué un 10 dans ma MAL avec Sangatsu no Lion mais comme je le disais, il est bien plus facile d’accès et divertissant que ce dernier.

Hype : 6/5

2 – Le chemin de la rédemption : Sangatsu no Lion (Wakanim)

sangatsu
Une galerie de personnages incroyable

Je ne vais pas trop m’étendre sur le sujet de Sangatsu no Lion, ça fait maintenant deux ans qu’il apparait tout en haut de mes tops à chaque saison où il est diffusé, et ceux qui me suivent sur twitter savent que j’en ai aussi parlé à de nombreuses reprises qu’il s’agisse d’ailleurs de cette excellente version anime qui est finalement peut-être mon Shaft favoris mais aussi de la version originale de Chica Umino qui est tout aussi excellente et remarquable.

Là encore un titre qui excelle à traiter les relations humaines et la façon qu’ils ont de faire façon à l’adversité. Tous les personnages de Sangatsu ont leur part d’ombre qui tente de les retenir de la même manière qu’on retrouvait déjà cet aspect dans Honey and Clover de la même auteure. J’ai suivi ce dernier arc avec beaucoup d’affection car on est désormais clairement dans une phase positive pour la plupart des protagonistes principaux qui surmontent leurs difficultés dans le sillage d’un Rei qui marche enfin vers la lumière.

 Hype : 5/5

3 – La convalescence : Après la Pluie (Amazon)

Koi-wa-Ameagari-05-31
Deux tourmentés que tout semble opposer

Quand je fais le bilan du travail de Wit Studio sur une période d’un an, je pense que si j’étais mangaka me voir adapter par ce studio serait l’idéal que je puisse espérer, j’ai tendance à considérer que sur ce plan là c’est eux qui s’en sortent le mieux sur la période avec un sans faute sur trois titres pourtant tous très différents (en top tiers il y aurait aussi Bones qui ferait encore mieux en action mais qui est moins polyvalent).

Vous l’aurez compris, on est encore devant un titre qui aura su à la fois me toucher par son histoire et me marquer par ses choix artistiques. Après la Pluie c’est avant tout l’histoire de deux personnages aux ambitions brisées et refoulées que tout oppose et qui vont malgré tout se rapprocher grâce au cadre professionnel d’un restaurant. D’un côté Akira la lycéenne, grand espoir de la course et de son club d’athlétisme mais retirée des pistes à la suite d’une rupture du tendon d’Achille. De l’autre côté Masami Kondo, la quarantaine, gérant du restaurant, divorcé et père du petit Yuuto, qui dans sa jeunesse était un passionné de littérature et aspirait à devenir écrivain avant de renoncer progressivement à son rêve.

Alors qu’Akira va nourrir des sentiments à l’égard de son supérieur, ce dernier va maladroitement se rapprocher d’elle puis tenter de faire en sorte qu’elle n’enfouisse pas à jamais ses rêves liés à la course alors qu’elle refuse de reprendre cette activité qui était au centre de sa vie une fois sa blessure guérie. En tentant d’aider Akira, Kondo va lui aussi progressivement exhumer son vieux rêve endormis mais pas oublié et tel deux infirmes, nos deux personnages vont ainsi tenter de sortir de la routine dans laquelle ils se sont enfermés pour poursuivre leur rêve respectif.

Hype: 5/5

4- « Les Robots du Cul »: Darling in the FranXX (Crunchyroll)

darling
Je suis assez fan du design de ces machines, un peu moins du cockpit

Et oui c’est moche de vieillir, moi qui suis catalogué à tort comme un méchaphile notoire, je ne place cette première partie de Darling in the FranXX que quatrième derrière trois anime basés sur les relations sociales.

Globalement j’ai beaucoup apprécié cette moitié de cette collaboration A-1/Trigger qui est agréable à suivre aussi bien graphiquement que dans la construction de son univers même si le rythme est un peu inégal parfois. Les personnages sont vraiment attachants et l’univers est assez sombre pour que j’attende avec impatience le dénouement de cette affaire. En tout cas les combats sont plutôt classes, le design des méchas plaisant et les personnages de Zero-Two et d’Ichigo aussi mignonnes que présentent sur les réseaux.

A noter que la série en est déjà à son troisième ending à mi-saison.

Hype : 5/5

5 –  Relaxation au grand air : Yuru Camp (Crunchyroll)

yuru
Osez dire que ça ne respire pas la joie ?

Vous trouviez que Yorimoi avait un concept décalé ? Et pourtant c’était un super titre. Et bien ici c’est la même chose car le titre parle de camping et en plein hiver en prime, donc des campings bien souvent déserts.

Pendant les douze trop courts épisodes de cet anime incroyablement relaxant, on va suivre les aventures de la nouvelle venue dans le coin Nadeshiko qui va se lier d’amitié avec plusieurs filles adeptes du camping en tout saison. C’est donc en compagnie de cette lycéenne un peu fofolle mais pleine de bonne volonté que l’anime va nous faire visiter les différents campings de la région du mont Fuji tout en multipliant les situations comiques. Elle parviendra même à convaincre la solitaire Rin de se convertir au camping de groupe. Avec son OST chill et ses décors soignés, je n’ai qu’une dernière chose à dire : Yuru Camp devrait être remboursé par la sécurité sociale.

J’ai même envie de partir camper alors que ça fait presque vingt ans que je n’ai pas mis les pieds dans un camping…

Hype : 5/5

6 – Guerre et trahisons : Grancrest Senki (Wakanim)

grancrest
Un des rares couples marquant de ma saison

C’est presque la plus grosse surprise de ce classement final dans la mesure où il n’a fait que grimper au fil de la saison alors qu’il était parti de très bas. En effet, les premiers épisodes très rapides de la série où on voyait le héros rapidement gagner en influence au point de contrôler tout une région était beaucoup trop convenu à mon goût. Néanmoins rapidement Théo toujours accompagné de Siluca se heurte aux suzerains en place qui voient d’un mauvais œil sa rapide ascension. Acculé, il choisit alors de renoncer à ses titres pour épargner ses vassaux et pouvoir conserver Siluca à ses côtés. En effet, point positif du titre, après avoir eu peur de voir nos deux héros se tourner autour pendant toute la série comme trop souvent, Théo se déclare finalement assez tôt et n’est pas repoussée par la magicienne.

S’ouvre alors une seconde partie bien plus prenante où Théo devient un rouage de la faction du comte d’Altirk, elle-même membre de l’union qui fait face à l’alliance. C’est une phase de complot et de guerre avec divers trahisons et arrangements qui débouchent sur un conflit total et à géométrie variable soit tout ce que j’aime.

Dans les points positifs on peut retenir le fait que la série avance beaucoup à chaque épisode, on va droit à l’essentiel, passant de stratégie en batailles (peut-être même trop). On note aussi une qualité assez stable avec des phases de bataille honnête et quelques passages de grande classe dans les épisodes les plus récents.

En résumé, c’est un titre que je n’attendais pas aussi haut et dont j’attends la seconde partie avec impatience.

Hype : 4/5

7 – Le favoris déchu : Violet Evergarden (Netflix)

Violet Evergarden - 07 - Large 27
Spoil : Ça marche pas

Là aussi c’est un peu une surprise tant il faisait figure de favori au début de ma saison, pour ne finir qu’à cette modeste septième place. Et pourtant c’est un titre qui ne démérite pas sur de nombreux point, en premier lieu son visuel oscillant entre l’excellent et le hors-compétition par rapport à ses concurrents, Kyoto Animation oblige. Sur l’aspect technique, le seul léger bémol que je pourrais lui trouver et le fait qu’on retrouve toujours un peu le même chara-design dans les séries récentes du studio et que j’ai du mal à associer certains personnages à leur rôle de militaire, ne pouvant m’empêcher de voir en surimpression des personnages de titres plus tranche de vie tranquille.

Alors pourquoi ai-je mis Violet aussi bas finalement ? Pour son écriture exclusivement… Si le fond du titre me plait pas mal via l’évolution du personnage de Violet qui s’ouvre aux émotions, je trouve l’ensemble assez maladroit la plupart du temps. Notamment, mon plus gros reproche, une tendance à surjouer dans le pathos à tout prix qui aboutit à des épisodes très triste sur le fond mais où même moi le fragile je n’ai pas versé la moindre larme. A l’inverse certains épisodes m’ont vraiment secoué mais contrairement à d’autres titres cités plus hauts je n’ai pas ressenti une homogénéité dans l’évolution de mes feels au court de la série passant de la tristesse à l’indifférence et même à l’agacement parfois.

Néanmoins n’hésitez pas à lui donner sa chance, ça reste un excellent titre à qui je donnerait probablement un 9 final ce qui est loin d’être déshonorant.

Hype : 4/5

8- A bout de souffle : The Ancient Magus Bride (Crunchyroll)

magus
Syndrome de Stockholm

Un autre top tiers de ma saison précédente qui a un peu perdu des plumes dans l’affaire. Là encore le titre n’a rien fait pour démériter, adaptant de façon plus qu’honnête ce manga pour lequel j’ai pas mal d’affection. Cette seconde partie est d’ailleurs l’occasion de passages plus sombres et difficiles pour Chise que la première partie du titre.

Là encore si je n’ai rien à redire sur toute la partie technique, si mon intérêt pour la série a baissé c’est que j’ai eu du mal à suivre le rythme de l’anime sur la durée des 24 épisodes ce qui n’est guère surprenant : en effet si j’adore ce manga, j’ai aussi sous sa forme papier quelques difficultés à enchainer les tomes en un cours laps de temps. Il fait partie de ces titres que j’aime bien lire à intervalle assez espacés, je ne sais pas si ce sentiment parlera à certains de mes lecteurs mais c’est un phénomène qui m’arrive sur certains titres sans que je ne puisse réellement l’expliquer.

Cela reste malgré tout un très bon anime lui aussi fruit du travail de Wit Studio et qui plaira assez largement avec son ambiance mystique britannique qui nous change assez largement du monde plus classique dans l’animation japonaise des Yokais.

Hype : 4/5

9 – Le chill à deux : Minuscule/Hakumei to Mikochi (Wakanim)

hakumei-to-mikochi-800018-e1520188958314
#bonnehumeur

Quand y en a plus, y en encore ! Vous avez aimé vous detendre tranquillement devant les beaux décors et le calme de Yuru Camp ? Et bien je pense que Minuscule a de forte chance de vous plaire.

Minsucule c’est avant tout un monde pacifique ou des personnages de petite taille cohabitent avec des animaux doués de parole pour y établir une société similaire à ce que l’ont peut connaitre avec ses villes, ses artisans, ses transports, etc. Dans ce petit monde on suit les aventures épisodiques de Mikochi plutôt du genre fée du logis et qui vit de ses production culinaire et utilitaire (on a un épisode sur le savon par exemple) et de Hakumei qui vit chez elle, cette dernière exerçant plutôt des métiers manuels comme charpentier, maçon ou rémouleur.

A ces deux personnages vient s’ajouter tout une palette de personnages secondaire plus ou moins récurrents comme Konju la ménestrelle ou Sen la scientifique. Dans ce titre aucun enjeu, mais juste des rencontres et de la bonne humeur, au programme : travaux manuels, pêche, résolution de conflits, voyages, shopping…tout est sujet au dépaysement à la réinterprétation dans ce petit monde atypique.

Pour finir un joli travail d’adaptation de Lerche pour un manga qui vaut le coup d’œil pour les amateurs du genre.

Hype : 3/5

10- L’amitié encore et toujours : Slow Start (Wakanim)

slow start
#bonnehumeur2

Pour être honnête je ne sais pas trop quoi dire sur ce titre. On est ici devant une adaptation mignonne et plaisant d’un titre mettant en scène une amitié entre quatre lycéennes aux caractères assez divers. Plein de petites qualités, le titre ne se démarque pas vraiment de ce qui peut se faire dans ce style-là, les amateurs adoreront, les détracteurs détesteront.

Un mauvais point serait néanmoins que le titre tourne autour d’un maigre secret concernant Hana et son blocage à en faire part à ses nouvelles amies…et qu’à la fin de l’anime, le secret est toujours un secret.

Hype : 3/5

11- Le shonen honnête : Nanatsu no Taizai s2 (Netflix)

nanatsu
Cet extrait n’est pas représentatif

Si vous lisez ces lignes, vous me connaissez assez pour savoir que moi et le shonen de baston on est pas super potes. Mais malgré tout je dois avouer que j’arrive toujours aussi bien à suivre ce titre pourtant assez classique avec son nouveau lot de méchants craqués qui poussent les différents héros à augmenter leur propre puissance pour tenter de les vaincre.

Peut-être que j’arrive à accrocher car le titre lui-même ne se prend pas toujours au sérieux, par exemple en mettant en avant un système de mesure de la puissance par points à la manière d’une feuille de stats de RPG qui donne un côté loufoque à la monté en puissance de personnages. De plus le lore de certains des personnages principaux permet de maintenir un peu de suspens et de sel pour éviter qu’on tombe trop facilement dans la routine. En complément la partie technique est elle aussi tout à fait honnête aussi bien graphiquement qu’au niveau de l’ost ce qui participe à maintenir une certaine attention à l’action en cours.

Hype : 3/5

12 – Honnête mais sans plus : Garo : Vanishing Line (Wakanim)

garo
T’es mauvais Luke

La saison d’arnière j’avais été assez enthousiaste avec ce titre qui était le seul des trois MAPPA alors en cours à surnager. Je dois avouer que cet enthousiasme n’a fait que baisser tout au long du titre, non pas que j’ai vraiment de choses à lui reprocher, mais d’un autre côté j’ai pas non plus grand-chose à mettre en avant. Je n’ai pas eu l’étincelle avec ce titre, peut-être simplement parce que le genre ne me convient pas et n’est jamais parvenu à me surprendre.

Néanmoins le titre reste tout à fait honorable et loin de moi l’idée de le déconseiller comme d’autres titres qui pourront venir plus tard.

Hype : 2/5

13 – Plus chargé qu’un coureur du Tour : Yowamushi Pedal (Crunchyroll)

yowa
Toi aussi Teshima tu est mauvais !

Une nouvelle saison (déjà la quatrième) plaisante pour ce qui est maintenant le plus long titre sportif que je suis. Comme la seconde saison, cette quatrième saison couvre dans son intégralité la fameuse course annuelles inter lycée se déroulant sur trois jours et même si c’est toujours aussi long, je dois avouer que les épisodes ne manquent pas d’intensité dans ce match à trois entre les favoris d’Hakone, les tenant du titre de Sohoku et l’équipe de Kyoto et son abominable mais redoutable leader Midosuji.

Un titre pas exceptionnel dans sa réalisation mais qui continuera de plaire aux amateurs du genre sans pour autant parvenir à convertir le moindre de ses détracteurs à mon avis.

Hype : 2/5

14- La déception : Citrus (Crunchyroll)

citrus
Yuzu en train de faire sa bliblio

C’est assez étrange dans la mesure où je suis lecteur du manga de Taifu, mais autant être clair d’entrée : je me suis fait chier presque toute la saison avec ce titre. Si en format papier le caractère de Mei ne me posait guère de problème, dans la version anime j’ai eu en permanence envie de la gifler. De manière générale j’ai vraiment ressenti de façon plus forte tous les défauts des différents personnages du titre à l’exception de Yuzu et Harumi et donc malgré un travail sérieux du studio Passionne, j’étais soulagé qu’on en finisse. Je dois même avouer qu’il a failli rejoindre plusieurs fois la liste des drops.

Hype: 1/5

 

15- L’incompréhension: Overlord s2 (ADN)

overlord
Classe non ? Et ben on la verra plus #owned

Cette saison fut celle de l’hécatombe pour moi chez ADN avec un seul titre retenu dans l’ensemble de ma liste soit un triste record qui heureusement ne devrait pas se reproduire pour la saison de printemps. Le pire dans l’affaire c’est que ce seul titre était justement Overlord.

Si vous avez un peu de mémoire j’étais déjà partiellement circonspect pour la première saison même si elle disposait de qualités indéniables en termes d’ambiance et d’action notamment. Certains personnages m’agaçaient certes mais j’avais néanmoins passé un bon moment.

Pour cette seconde saison autant dire que ce n’est pas le cas du tout : pour moi rien ne va du début à la fin. Rendu visuel inférieur, combats mous, intrigue déconnectée et sans grand enjeu… Le fond, la forme, l’emballage : j’ai tout trouvé médiocre voire mauvais. Finalement on passe toute notre saison à regarder des lézards tenter de sauver leur vie et des péquenots lutter contre une mafia…avec un rôle tout à fait secondaire de la plupart des personnages classes introduits dans la saison un, le héros lui-même inclus.

Bref à moins d’être un grand fan, autant passez son chemin, même la seconde saison de Log Horizon est plus palpitante pour moi.

Hype : 0/5

16 – S.O.S: Beatless (Amazon)

beatless
Personnage totalement Yolo

Même si Beatless continue de m’intéresser sur le fond de ce qu’il tente de raconter, comment pourrais-je vraiment recommander ce titre en perdition de production.

Déjà que le rendu visuel et le rythme est pas folichon, mais ce n’est pas moins de deux épisodes résumés/spéciaux qui sont venus s’intercaler en l’espace de trois épisodes signe que tous les voyants sont au rouge. C’est dommage car les luttes politiques et terroristes autour du développement des androïdes autonomes semblent constituer un matériau intéressant pour le développement d’un bon titre. Condoléances pour les fans du titre originel.

Hype : 0/5

17 – Shame: Death March kara Hajimaru Isekai Kyousoukyoku (Crunchyroll)

deathm10a
Ça a l’air beau mais en fait non

Pourquoi shame ? Parce que lorsque Crunchyroll a communiqué ses chiffres, c’était l’anime le plus regardé en France…et j’ai honte d’y avoir contribué. Pas grand-chose à en dire : random issekai sans réel enjeu avec un personnage peté qui se fait un harem autour de lui. En plus l’anime se termine sans réel évolution ni aucune explication sur la présence du personnage et ça se paie le luxe d’être plutôt moche en moyenne.

Faut vraiment avoir rien de mieux à faire pour regarder ça je pense.

Hype : 0/5

sakura
#Nostalgie

On mentionnera pendant qu’on y est les deux drops de la saison qui étaient présents dans ma preview que sont Card Captor Sakura et Fate/Extra. Le premier est trop mou pour moi, j’étais client de CCS il y a longtemps mais manifestement plus maintenant même si le titre n’a pas de gros défaut rédhibitoire selon moi, pour Fate/Extra, il y a des choses intéressantes notamment du point de vue visuel mais pitié, c’est totalement imbitable et ça m’énerve au possible…

fate
Moi après avoir passé six épisodes à tenter de comprendre quelque chose

 

Au final cette saison à mon grand jeu des diffuseur c’est une nette victoire de Crunchyroll même si Wakanim est loin de démériter et que leur saison de printemps s’annoncer d’or et déjà lourde. ADN pour sa part est quasi-inexistant.

Publicités