Aujourd’hui c’est un peu particulier car je vais parler d’un sujet que je n’affectionne que modérément de façon générale : le vampirisme. Il faut dire que le traitement des vampires dans les animes à tendance à en faire quelque chose de classe et cool bien loin des créatures démoniques et effrayantes qui étaient dépeintes dans la tradition occidentale (en occident aussi maintenant les vampires sont souvent « cool »).

Mais bref je m’égare, puisqu’aujourd’hui je voulais parler d’un anime que j’ai vu au tout début de mon retour à l’animation et à un moment où je cherchais à sortir un peu du mecha. Ce titre c’est Shiki.

Shiki est avant tout un roman d’horreur de Fuyumi Ono publié en 1998 et qui a connu par la suite une adaptation en manga par Ryu Fujisaki entre 2007 et 2011, manga édité en 11 volumes et publié en France sous le label Kaze. L’adaptation en anime quant à elle date de 2010 et fut réalisée par le studio Daume avec 22 épisodes diffusés sur FujiTV dans le célèbre créneau noitaminA. L’anime est disponible en France via la plateforme ADN en streaming et via une intégrale BR chez Kaze. Deux OAV vinrent s’intercaler pour faire office d’épisodes 20.5 et 21.5.

Mais si on s’intéressait un peu au plot ?

144bd8a6967e8232aa98f37b4c59cec0

Tout commence dans un petit village typiquement japonais et plutôt isolé dans une époque contemporaine à la rédaction du roman (dans les années 90). Dans ce village on trouve plusieurs personnages qui seront importants par la suite :

  • Natsuno, un lycéen originaire de la ville et qui déteste être coincé dans cette campagne reculée, il reste malgré tout quelqu’un de gentil et serviable.
  • Megumi, camarade de Natsuno qui est très éprise de lui-même si ce dernier n’est pas interessé, elle aussi déteste particulièrement le village de Sotoba mais fait preuve de beaucoup plus d’aigreur de Natsuno.
  • Toshio, le médecin responsable du petit hôpital local, lui aussi éprouve pas mal de ressentiment mais contre ses parents et leur fixation sur les traditions et la réputation. Il est néanmoins très apprécié des villageois.
  • Seishin, le prêtre local et ami d’enfance de Toshio. Tourmenté dans sa jeunesse, il vit maintenant plus tranquillement dans le village en écrivant des romans.

Tout ce petit monde mène tranquillement sa vie dans ce village sans histoire de gré ou de force…jusqu’à l’arrivée, dans le manoir de style européen qui surplombe la ville, d’une famille un peu étrange constitué d’un couple, d’une petite fille et de leur serviteur. Leur arrivée se fait néanmoins sans vagues et sans trouble la vie du village, sauf que bientôt commence une curieuse série de décès, décès énigmatiques qui semblent provenir d’une épidémie.

shiki3_8

Une des premières victimes de cette série de décès n’est autre que Megumi…sauf que la jeune fille va finalement ressusciter et ne va pas être la seule dans ce cas. Une partie des morts finissent par se relever en pleine forme et doté de nouveaux pouvoirs.

Comme elle continue de stalker Natsuno, le jeune homme est un des tous premiers à se rendre compte de ce qui se passe dans le village et de l’existence des Shikis. De son côté le docteur enquête lui aussi sur la série de morts mystérieuses.

shiki

Commence alors une longue série de morts et d’horreurs alors que la lutte entre Shikis et humains se profile et que la responsabilité de l’étrange famille va émerger progressivement de cette affaire.

A l’époque j’avais vraiment aimé ce titre pour son ambiance évolutive, d’abords bucolique, puis intrigante, angoissante pour finir dans la cruauté, le sang et la violence. Le médecin par exemple est un personnage à la fois central, vital pour le village et pourtant effrayant quand on se rend compte de ce à quoi il est prêt pour résoudre le problème.

Un vrai titre qui maintient une vraie ambiance sombre jusqu’à sa conclusion qui n’est pas forcement celle qu’on attend en suivant le fil des épisodes.

Techniquement, le design des personnages est plutôt particulier mais à titre personnel j’aime assez et le rendu visuel est dans cette optique : pas sensationnel mais avec une vraie personnalité. La partie musicale pour sa part est plaisante avec pas mal de très bons morceaux comme :

  • Day and Night

  • Eau de vie

  • Epitaph

Les openings et ending sont eux aussi plutôt plaisant avec un gros coup de cœur à l’époque pour la musique du second opening : Calendula Requiem du duo Kanon x Kanon.

En bref, un anime en forme de thriller surnaturel plutôt agréable à suivre dans sa sombre ambiance et avec de nombreuses morts qui plaira à ceux qui aiment ça. Bon je vous laisse, je me suis donné envie de le revoir !

Publicités