50337Et donc parmi les trois propositions parmi lesquelles j’hésitais, c’est finalement celui-ci qui aura été retenu, sans grande surprise je dois l’avouer vu que je l’avais mis en concurrence avec le peu connu Simoun et un anime de mécha pourtant plutôt fun et amusant, mais qui reviendra un autre jour à n’en pas douter.

Seiriei no Moribito est à la base le premier volume d’une série de Roman écrit par Nahoko Uehashi, série qui comporte 7 parties distinctes réparties sur 10 volumes plus deux volumes de préquelle/spin-off. La publication initiale débuta en 1996 avec justement le premier tome qui nous intéresse ici avant de de s’achever en 2007 pour la trame principale. C’est en 2007 que cette œuvre recevra une adaptation anime via le studio Production IG sous la direction de Kamiyama Kenji, connu pour avoir aussi dirigé GITS Stand Alone Complex ou encore Eden of the East.

Seirei no Moribito (ou Gardian of Spirit dans sa version anglaise) est avant tout l’histoire d’une rencontre entre deux personnages que rien ne destinaient à vivre ensemble dans un royaume s’apparentant à une Chine médiévale-fantastique.

Le premier de ces personnages est notre héroïne, Yonsa Balsa, femme et caractère et mercenaire de talent venue du royaume lointain de Kanbal. Agé de trente ans au début de l’aventure, la guerrière redoutable à la lance traine déjà derrière elle un lourd passé. Bien que mercenaire officiellement, elle se restreint à des missions d’escorte, cherchant autant que possible à sauver des vies plutôt qu’en prendre.

tumblr_ndw4angs3z1qzqnxxo1_500
En croisant le convoi du second prince de l’Empire, elle va assister à sa chute « accidentelle » et lui sauver la vie sans savoir où elle met en fait les pieds. En effet, si le prince a failli perdre la vie c’est par la volonté de son père et non celle du simple destin. On va rapidement apprendre que le jeune prince Chagum (notre second personnage principal) est en fait porteur d’un œuf de l’esprit de l’eau ce qui dans la mythologie du royaume est annonciateur de désastre et pourrait faire revenir le démon banni par les ancêtres de l’empereur. C’est ainsi pour protéger son pays que ce dernier tente de tuer son propre fils. La mère de Chagum, la seconde Impératrice, ne peut se résoudre à laisser son fils mourir et à l’aide d’une forte somme, va engager Balsa pour la mission la plus importante qu’elle se soit jamais vue confier : prendre le prince avec elle et le faire disparaître pour qu’il puisse continuer à vivre.

seirei-no-moribito-21-balsa-chagum-hugjpg
Commence alors une course-poursuite entre la guerrière, son protégé et les pisteurs de l’empereur lancés à leurs trousses. Néanmoins si le début de l’anime semble prendre des airs de grand voyages à travers de nombreux pays, il n’en sera rien et après avoir trompé ses poursuivants, le duo va s’installer comme une simple famille dans non loin de la capitale dont ils ont fui.
Balsa va alors s’échiner à protéger le petit prince, qui va de son côté apprendre à vivre comme une personne issu du bas-peuple. La guerrière n’étant pas mère elle-même, rencontrera forcement des difficultés à s’habituer à la vie à deux mais sera aussi aidée dans sa tâche par plusieurs amis comme l’herboriste Tanda, les deux enfants des bidonvilles Toya et Saya ou la vieille Chaman Torogai.

Avec le temps qui passe, et alors que certaines personnes tentent encore de remonter leur piste, notamment les érudits du palais, l’œuf approche de sa maturité et tous se demandent ce qu’il va se passer aussi bien pour Chagum que pour l’Empire.

Au final Seirei no Moribito est un titre vraiment agréable à suivre même encore aujourd’hui, avec un bon dosage d’action, d’intrigues et de mysticisme. Avec le format sur 26 épisodes, l’intrigue au temps de se poser et d’être entrecoupés de nombreux moment de la vie quotidienne, on se retrouve ainsi avec une grande aventure incrustés en filigrane de l’apprentissage d’une vie quotidienne normale pour deux personnages qui n’ont rien de normaux.

8f28c240f77a514c334e55eda5921ea9
Techniquement c’est vraiment très joli notamment sur les décors, la bande son est de Kawai Kenji soit pas vraiment n’importe qui et se marie bien au déroulement de l’anime. Côté opening c’est L’Arc en Ciel qui s’y colle dans un morceau intitulé Shine et pour l’ending c’est Itoshii Hito he de Sachi Tainaka.


SI vous cherchez un anime dans un univers médiéval-fantastique mais qui sait prendre le temps de se poser, Moribito est une bonne alternative. En plus même si l’histoire se continue au-delà dans la version écrite, l’anime se stoppe à un moment de la trame qui se suffit à lui-même et n’induisant aucunement cette sensation de frustration latente dans les adaptations plus récentes. Et puis bon, Balsa c’est vraiment un super personnage féminin 🙂

Publicités