Aujourd’hui c’est sport, et assez atypique puisqu’il s’agit de course automobile. Oui aujourd’hui je reviens sur un de mes titres favoris du genre : Capeta.

capeta

A la base Capeta est un manga shonen comportant 32 volume chez Kodansha parus entre 2003 et 2013 (non publié en France) et qui s’est vu adapté en anime de 52 épisodes entre 2005 et 2006 par le studio Comet (School Rumble, Kimengumi, Dragon Quest, Suzuka,…).

Capeta c’est avant tout l’histoire d’un gamin de 10 ans, volontaire et qui vit la plupart du temps seul dans le petit appartement qu’il partage avec son père. Ce dernier, Shigei Taira n’est en effet pas souvent là à cause de son travail dans une petite entreprise de BTP et sa mère quand a elle est décédée des années auparavant… Le garçon est plutôt sage mais ne montre pas grand intérêt pour quoi que ce soir si ce n’est les voiture et notamment les Formule 1, son jouet favori étant à l’effigie de l’écurie symbolisant cette discipline à elle seule : la Scuderia Ferrari.

Alors qu’il travaille pour un chantier sur un circuit de karting, Shigei qui regarde des jeunes de l’âge de son fils s’entrainer, se dit alors que Capeta aimerait probablement s’essayer à ce genre de conduite, lui qui semble passionné par l’automobile. Néanmoins un problème se pose : il est pauvre et le karting est un sport onéreux. Il finit par trouver une solution : le circuit lui cède un vieux châssis obsolète de kart qu’il va retaper pendant son temps libre, et son patron Mr Ikari, qui est généreux sous ses dehors rustres, accepte de lui céder un moteur 4-temps d’une génératrice.
Le garçon peut ainsi faire ses débuts peu de temps après accompagné par ses deux amis Nobu et Monami. Et dès les premier tours de roue sur le circuit, toutes les personnes présentes doivent se rendre à l’évidence, malgré son matériel vétuste, le gamin a un don pour la conduite, tour après tour il prend ses marques et améliores ses temps déposant rapidement plusieurs habitués de son âge et venant même s’approcher du prodige local Minamoto Naomi. C’est ici que va naitre une saine rivalité entre les deux garçons qui se poursuivra tout au long de l’anime puis du manga.
Capet se lance alors dans la compétition de karting avec une équipe de bric et de broc composé de ses deux amis et de son père et avec le support modeste de monsieur Ikari. Se performances remarquables en rapport avec son matériel font que la mère de Minamoto, manager de l’équipe de karting dont il fait partie lui fait une offre pour qu’il rejoigne l’écurie mais les Taira refusent.
On va alors suivre l’ascension de Capeta dans le milieu automobile malgré des conditions peu favorables, échelon après échelon, à la poursuite de son rival Minamoto qui ouvre la voie remportant victoire sur victoire, catégories après catégories. Dans l’anime on suit tout le parcours de Capeta dans la catégorie Karting, puis dans ses début dans la conduite de monoplace.

Je pense honnêtement que si Capeta m’a autant plu quand je l’ai regardé c’est aussi parce que j’ai été un grand fan de Formule 1 pendant de nombreuses années notamment par héritage familial toute la longue période du tandem Jean Todt, Michael Schumacher chez Ferrari même si je dois avouer que j’ai lâché l’affaire depuis plusieurs années notamment par ennui (de nombreux changements de réglementations qui ont rendu les courses plus chiantes pour moi : fin des ravitaillement en essence, limitation des moteurs, introduction de pneus volontairement pourris…) ainsi que la fin de la diffusion gratuite à la télé lors du passage sur Canal+. Ici au moins comme on est dans un bon shonen, on a du spectacle et du suspens tout au long des nombreuses courses qui viennent émailler le cours de l’anime.
Pluie, accidents, blessures, défaites : rien ne sera épargné à Capeta qui n’en ressortira que plus fort comme tout bon héros.

tumblr_m9ldvbx4kd1r5i4u5o1_500

Techniquement on dira que le point faible de l’anime de nos jours c’est sa 3D datée, en effet les karts et monoplaces pendant les courses sont animée en 3D et c’est au final assez laid rétrospectivement. Le reste sinon est plutôt sympa, le chara-design notamment à une petite touche sympathique (avec un style plutôt années 90 se rapprochant un peu de la version récente de Ushio et Tora) et la musique à défaut d’être mémorable est elle aussi très sympa et apporte un plus à l’ambiance compétitive du titre.

Avec son visuel obsolète c’est un titre que je ne conseillerais qu’au fan d’anime sportif et plus particulièrement ceux qui se sentent une affinité avec le sport automobile.

Publicités