Quand je parle d’anime, il est souvent question d’adaptation notamment de manga ou de light-novel. Mais aujourd’hui pour une fois il s’agit de l’adaptation d’un jeu (et qui n’est pas un visual novel en plus) : Valkyria Chronicles.

Valkyria Chronicles est donc avant tout un excellent jeu vidéo sorti en 2008 par SEGA sur PS3 et qui rentre dans la catégorie tactical-rpg même s’il présente quelques particularités comme un déplacement libre (par rapport au plus traditionnel case par case) ou encore les unités ennemies qui ouvrent le feu en temps réel quand on se déplace dans leur ligne de mire.

Ce jeu se déroule dans un univers alternatif inspiré en partie de l’Europe de l’année trente ou la Fédération Atlantique et l’Alliance Impériale s’affrontent dans une guerre à grande échelle à grand renfort d’artillerie et de forces blindées. Au nord du vaste front se trouve le petit état de Gallia qui va se retrouver être la cible de l’Empire qui souhaite notamment s’approprier ses ressources minières. Dans le jeu on dirige ainsi une escouade de soldat de la milice de Gallia se regroupant autour de Welkin Gunther, fils d’un illustre général et d’une jeune fille du nom d’Alicia. On enchaîne alors les missions en déployant son équipe composé de différentes classes de personnages (éclaireur, soldat d’assaut, lancier anti-char, ingénieur, sniper) disposant chacun de caractéristiques d’armes spécifiques :
– Les éclaireurs peuvent courir plus loin que les autres personnages à chaque tour mais ne disposent que d’un simple fusil (idéal pour flanker). L’ajout de grenades lancée à l’aide du fusil par la suite son un gros plus.
– Le soldat est plus résistant au tir et se bat avec un fusil mitrailleur utile pour mettre rapidement hors-jeu ses adversaires.
– Le lancier est lui aussi plutôt solide et utilise sa lance pour tirer de puissante roquettes anti-char qui font énormément de dégâts si elles touchent un point faible du char (souvent le radiateur à l’arrière)
– L’ingénieur permet de ravitailler les autres personnages et de réparer les chars malgré sa faiblesse au combat.
– Le sniper…bah il snipe.

vc_screen1

Chaque personnage et classe peut être amélioré au fil de l’aventure et des combats contre les Impériaux. A ces soldats vient rapidement se greffer l’Edelweiss, le char de combat moderne de la famille Gunther qui servira de point d’appuis précieux mais qui devra survivre aux différentes missions sous peine de game over.

valkyria_chronicles_screen_47
Le jeu est sympathique, plutôt complet avec des nombreuses mécaniques à assimiler, et pas toujours évident ; je ne peux que le recommander à tous ceux qui aiment ce genre de jeu dans une de ses versions remaster sorti sur Steam (genre en soldes) et sur PS4 d’autant que son ambiance graphique reste plutôt jolie bien que dépouillée.
Et les Valkyries dans tout ça ? Il s’agit d’antiques guerrières légendaires disposant d’une puissance colossales ayant entrainé la chute de royaumes et de cités entières…mythe ou réalité ? Le contrôle de l’héritages de Valkyries peut-il devenir un enjeu du conflit ?

Valkyria-Chronicles-large-0310

Le titre a donc bénéficié d’une bonne adaptation en anime dès 2009 par le studio A-1 Pictures dans une format de 26 épisodes plutôt de bonne factures. L’anime reprend de façon assez fidèle le déroulement du jeu depuis la rencontre entre Welkin et Alicia lors de l’invasion de Bruhl par l’Empire jusqu’à la bataille finale livré par le détachement sous les ordres de l’officier rêveur. On retrouve ici tous les thèmes abordés dans le titre de SEGA qu’il s’agisse de romance, de stratégie militaire mais aussi de racisme ou encore de génocide.Valkyria-chronicles-anime-vs-ps3-3
En dehors des thèmes sombre de l’anime, les personnages sont assez attachants et plutôt drôle ce qui parvient à détendre l’atmosphère entre les différentes phase de missions.
En bref quel que soit sa forme (anime, jeu et même manga sorti chez Soleil Manga), l’histoire de l’escadron 7 dans cette guerre à la fois si réaliste via ses similitudes métaphoriques avec des faits réels et si exotique reste plaisante et prenante à conseiller aux amateurs du genre qui ne l’aurait pas vu (ou qui n’y aurait pas joué).

Il est à noter qu’il existe aussi deux autres jeux dans la licence (VC II et VC III) ainsi qu’un nouveau volet en développement, mais comme je n’ai joué à aucun d’entre eux, je n’en parlerais pas ici.

Publicités