Comme tous ceux qui me connaissent un peu le savent, je suis venu aux animes à la base pour ses animes de type réal robot même si aujourd’hui je suis une vraie éponge. J’ai déjà parlé de super titres aussi bien récents (Gundam Unicorn et IBO) que de titres plus anciens (Macross, Gundam 0083), de titres bien nazes (Aquarion Logos) ainsi que d’autres titres surprenants, décevants ou oubliables suivant les cas. Mais aujourd’hui j’ai fait une petite sélection de trois titres récents de méchas, titre originaux et comme dire…vraiment louches sous différents aspects. Pour être honnête dans les trois cas je pense que quelqu’un dans le processus à du ingérer de la drogue, d’où le titre mécha cheloud.
Ne bougez pas, au programme : méchas, lesbiennes, dragons, vampires, immortels, Jules César, Jeanne d’Arc et Schrödinger !

Et pour commencer primeur au plus ancien des trois :

Valvrave the Liberator

2013
24 épisodes
Sunrise
Disponible chez Wakanim

Valvrave the Liberator est une série originale du studio Sunrise connu pour ses nombreux animes de méchas et la série exploite au départ un certain nombre de postulats propres à l’univers Gundam. En effet cet anime prend place dans un monde futuriste ou en l’an 71 de la vraie ère, année où environ 70% de la population humain vis désormais hors de la Terre entre de nombreuses colonies spatiales, les différents planètes du système solaire et une sphère de Dyson (structure colossale entourant le Soleil à grande distance et visant à développer des colonies à sa surface tout en ré-exploitant le rayonnement de ce dernier). Le système solaire et la Terre elle-même sont alors divisés entre trois factions majeures.


En premier lieu l’Atlantic Ring United States (ARUS) qui couvre principalement toutes les nations des deux côté de l’Atlantique, une des deux superpuissances majeure. Ensuite le pacte militaire de Dorssia qui regroupe l’ancien pacte de Varsovie, l’Allemagne et le Moyen-Orient et qui dispose d’une puissance militaire à ARUS. Pour finir JIOR un ensemble regroupant le Japon et divers nation d’Océanie et d’Asie du Sud-Est et qui est l’instigateur de la construction de la sphère de Dyson.

A première vue JIOR n’a absolument pas les moyens de s’opposer militairement à ses deux puissants voisins ce qui ne l’empêche pas de mener en toute discrétion le projet Valvrave sur le module 77 de la sphère pourtant dévolu à la base à une académie scolaire (de la même manière que Orb même son projet G sur la colonie Héliopolis dans Gundam Seed).


Néanmoins Dorssia est au courant du projet et sa puissante armée appuyée par des méchas lance l’assaut sur les possessions de JIOR pour tenter de prendre le contrôle des armes expérimentales. Il s’avérera en fait que les appareils au fonctionnement assez particulier sont calibrés pour être utilisé par les élèves de l’académie sans que ceux-ci en soit informés. C’est ainsi que Haruto le personnage principal de l’anime va repousser seul le premier assaut Dorssien sur le module 77. Il sera progressivement rejoint par certains de ses camarades et le module isolé et peuplé d’étudiants va se dresser contre la puissance de Dorssia en proclamant son indépendance. Un des membres de l’élite de Dorssia : L-elf va même faire défection pour les rejoindre afin de tenter de renverser son propre pays. Il s’avérera par la suite que les dirigeants du pacte militaire ne soient pas finalement ce qu’ils prétendaient être.

Dit comme ça, on ne voit pas au premier abord pourquoi ce titre est « spécial » on dirait un simple mécha random copie de Gundam. Et pourtant l’acronyme Valvrave cache en fait la dénomination « VAmpire Link Vessel Rune Activate Vital Engine »…oui vous avez bien lu, ici on va mélanger sorte de vampires, runes et êtres quasi-immortels prenant possessions d’humains.

screenshot-5_28_2013-7_08_19-pm
Rien que ça…

Les complots dans cet anime son nombreux mais le contexte les rands par moment imprévisibles et complexes menant à des scènes surprenantes et marquantes (et controversée pour certaines). La lutte pour la reconnaissance du module 77 et la libération de Dorssia va être terrible et les sacrifices seront nombreux et s’il a plein de défauts, le titre sait rester globalement sympathique.
Les cinq méchas principaux sont assez inégaux au niveau de leur design je trouve à titre personnel (notamment je trouve le trois (jaune) et le quatre (vert très moches)) alors que les autres sont plutôt stylés et originaux.valvrave-mecha

La réalisation globale du titre est assez inégale mais dans l’ensemble c’est loin d’être désagréable et la bande son est sympa. On a surtout droit à deux super opening avec le duo de Nana Mizuki et de TM Revolution, bien complété par un très bon ending d’Angela (tous des habitué des animes de méchas).

En bref sous ses aspects et son univers classiques, Valvrave est un titre assez à part qui tend à partir totalement en vrille pour le meilleur, mais aussi pour le pire.

Nous reviendrons chez Sunrise en troisième partie mais faisant un détour par un autre studio connu pour ses animes originaux : Satelight.

Nobunaga the Fool

2014
24 épisodes
Satelight

Ici le responsable a un nom bien connu : oui il s’agit du célèbre créateur de la saga Macross, Shoji Kawamori le directeur du studio Satelight.
Prenez des méchas. Prenez deux planètes :
– Le monde de l’Est soit le Japon médiéval et sa grande guerre de clans de l’époque Sengoku avec tous les grands noms connus (Oda, Takeda, Uesugi)
– Le monde de l’Ouest, médiéval et uni sous l’égide du roi Arthur qui a rassemblé de grands noms autour de sa table ronde, jugez-en par vous-même : Hannibal, Cesare Borgia, Jules César, Alexandre, Charlemagne ou encore Machiavel. Noms illustres auxquels il convient de rajouter au moins De Vinci, Jeanne d’Arc et Magellan.

A ce stade vous devriez déjà voir tout la dimension WTF que renferme tout cet anime.


Alors que les deux monde sont englués dans des guerre sans fin, la jeune Jeanne a des visions et l’une d’entre elle lui montre un jour le roi qui sauvera leurs deux monde…Lors de sa rencontre avec Léonard de Vinci, il lui explique que ce roi se trouve sur le monde de l’Est et il entraine la jeune femme à sa suite dans ces contrées étrangères où il vont rencontrer ce fameux sauveur : le fils du seigneur d’Owari : Nobunaga, surnommé le fou à cause de son comportement excentrique. Le clan Oda est acculé par le puissant clan Takeda et les combats de méchas font rage entre les deux factions. Jeanne et De Vinci vont alors apporter leur soutien au jeune seigneur Oda.

Nobunaga-the-Fool-Ep-4-Img-0001 (1)
Mais le roi Arthur à la tête de la table ronde de l’Ouest aspire à devenir lui aussi le sauveur et cherche à unifier les deux mondes sous sont égides et réunir les pouvoir élémentaires des Régalias pour pouvoir invoquer le Saint Graal. C’est ainsi que Jules César se retrouve à appuyer les forces des Takeda à la tête d’un corps expéditionnaire transporté à

large
Y a pas de bûcher mais il fait chaud d’un coup

l’Est par la flotte spatiale de Magellan. Mais César ne va pas forcement se trouver être un des vassaux les plus fidèles envers son maitre et la situation va rapidement dégénérer à mesure que les autres généraux de la table ronde vont entrer dans la danse et ce jusqu’à la confrontation finale entre Arthur et Nobunaga.

Bon cette fois au moins c’est clair que c’est du grand n’importe quoi ? L’univers de cet anime est un des plus puissamment absurde que j’ai vu dans un anime de mécha et si par certains aspects le titre peut se montrer intéressant, ce n’est pas le mot « bon » qui me viendrait ici à l’esprit.
Bref un titre qu’on retiendra limite plus pour les « arguments » de cette énième version de Jeanne d’Arc que pour le reste c’est dire.

Et là on termine peut-être par le plus beau des trois avec un retour chez tonton Sunrise :

Cross Ange0f5977618436ca1702ea0f10534fb0401411850669_full

2014
25 épisodes
Sunrise
Disponible chez Wakanim

Un titre assez polémique s’il en est puisqu’après la diffusion de l’épisode 1 comportant une scène un peu limite, Wakanim décida de retirer la série de son catalogue gratuit, la laissant seulement accessible via le mode payant (en échange d’une ristourne de 50%) probablement par crainte de voir ce genre de scènes se répéter. Au final et rétrospectivement, si la décision prise en urgence était compréhensible à défaut d’y adhérer, il s’est avéré au final qu’il s’agissait d’une scène isolée et que la série aurait très bien pu rester sur son format de diffusion classique.

Dans un monde utopique où tout semble aller pour le mieux (ni guerre, ni famine, ni pollution), les gens sont maintenant dotés de pouvoirs surnaturels qu’ils appellent « Mana » et qui régit leur monde. Seule une très faible fraction de la population présente une anomalie qui les prive de Mana et même leur permet de détruire son effet. Ces gens sont appelé « Norma » et sont impitoyablement traqués et éliminé (bonjour madame distopie).
Angelize Ikaruga Misurugi est la première princesse du puissant Empire de Mitsurugi, elle est très charismatique et appréciée de son peuple bien que vaniteuse. Tout le monde s’accorde à dire qu’elle sera une grande princesse, enfin presque tout le monde…d’autant plus qu’elle cache un lourd secret que même elle ne connait pas. Lors de la cérémonie de ses seize ans, son frère cherchant à l’évincer et connaissant ce lourd secret révèle au monde entier que sa sœur est un fait une Norma. Dans le chaos qui s’ensuit Angelize est arrêtée, sa mère tuée et son frère prend le pouvoir soutenu par leur sœur.
Angelize va être déportée sur l’ile militaire d’Arzenal où les Norma sont forcées de se battre contre des envahisseurs draconiques venus d’une autre dimension. Elle va être contrainte à combattre à son tour et va subir de nombreuses brimades en tant qu’ancienne princesse déchue. Ange va alors au fil des épreuves et des combats, en apprendre bien plus sur tout ce qu’on lui a caché jusque-là : la vérité sur le Mana, sur leur monde et sur l’homme qui le contrôle, la provenance des dragons…

Une fois de plus la série est remplie de nombreux défauts mais ici contrairement au titre précèdent il y a vraiment des moments qui sont parvenus à me marquer, des moments touchants, douloureux, poignants ou joussifs suivant les cas. Même la conclusion de l’anime assez inattendue par certains aspects est assez intéressante. En gros le fond m’a bien plus malgré tout même si au Japon la physique quantique ça leur donne des idées bizarres encore prie que la drogue.

hETQriE
Le Yuri c’était ici

Par contre sur la forme c’est cheloud entre fan-service gratuit, relations ambiguës et scène d’un gout discutable. On a aussi un magnifique opening reprenant toutes les poses de Gundam Seed, bon ok c’est en partie le même staff mais bon. Niveau technique ce n’est pas le meilleur Sunrise mais ça reste honnête sans plus de même que l’OST qui m’a pas marqué d’ailleurs hormis les deux openings que j’aime bien soit : Kidan no Reistance de Nana Mizuki (encore elle) qui en plus est la seiyu de Ange, et Shinjitsu no Mokushiroku de Yoko Takahashi.

Une chose est sûre c’est que c’est ce dernier titre qui m’a laissé le meilleur souvenir et de loin.

Voilà c’était tout pour cette présentation de titres un peu spéciaux et différents de ceux que je mets en avant d’habitude, rendez-vous avec la preview de la saison de printemps d’ici une ou deux semaines : y a des trucs sympas 🙂

Publicités