La saison d’hiver se termine tranquillement refermant une année où j’ai pu suivre 59 titres au fil des mois. Je parle des titres diffusés au cours de l’année et ne compte bien sûr pas la trentaine d’animes hors saison que j’ai pu voir dont certains excellents comme Chihayafuru, Phantom : Requiem pour un Phantom ou Sakurasou no pet na kanojo pour ne citer qu’eux. C’est ainsi que j’ai pu en dresser le classement purement subjectif et reflétant mes gouts de merde (le classement complet est à la fin de l’article).

10 – One Punch Man

Diffuseur : ADN
Saison : Automne
Type : Action/ Super-héros

Même si ce n’est pas mon genre d’anime favoris, difficile de dire vraiment du mal de One Punch Man tant il a fait quasiment l’unanimité durant cette dernière saison. Drôle, rythmé et puissant, le travail réalisé par Madhouse pour adapter ce best-seller manga est de qualité à mes yeux. Un bon divertissement comique de voir les aventures de Saitama dans sa recherche d’un ennemi à sa mesure et dans sa quête d’un meilleur classement dans le monde des supers héros. Le seul regret pourrait être : douze épisodes ça passe trop vite.

9– Yahari Ore no Seishun Love Come wa Machigatteiru. Zoku

Diffuseur : ADN
Saison : Printemps
Type : Comédie Romantique/ Tranche de vie

La suite de l’adaptation d’un des light novel les plus populaires au Japon. Certes le titre peut être vu comme une énième comédie romantique lycéenne ce qui objectivement est le cas. Néanmoins le caractère particulier des personnages principaux notamment celui du héros Hachiman Hikigaya rend l’ensemble assez différents des classiques du genre. Ici on a affaire un à adolescent très intelligent mais plutôt désabusé de la nature humaine qui déteste les relations hypocrites que nouent habituellement les gens autour de lui. Avec un tel caractère il s’est naturellement retrouvé marginalisé sans que cela ne semble l’émouvoir. Obligé de rejoindre le club d’entraide sous la pression de son professeur principal, il va devoir travailler avec un autre caractère bien particulier : Yokino Yukinoshita surnommée la « reine des glaces » tant elle est froide dans ses relations sociales. Ils sont rejoints par Yui Yuigahama, fille bien plus exubérante qu’eux mais nettement moins intelligente. Ils vont s’avérer plutôt efficace pour résoudre les problèmes des autres…mais parviendront-ils à résoudre leurs propres problèmes ? Rien n’est moins sûr.

8 – Sound Euphonium

Diffuseur : Crunchyroll
Saison : Printemps
Type : Tranche de vie

L’anime qui m’a enfin réconcilié avec le fameux studio Kyoto Animation, célèbre pour ses animes très soignés visuellement mais relativement chiants par moment. Euphonium raconte le quotidien d’un club de musique de lycée qui malgré un niveau de départ assez faible, va tout faire pour tenter de concourir lors de compétitions nationales sous l’impulsion d’un nouveau coach. Entre conflits d’égos et rivalités, l’anime est très plaisant à suivre car plutôt bien rythmé pour une tranche de vie lycéenne et la puissance visuelle de KyoAni est une fois de plus au rendez-vous démontrant s’il en est besoin tout le savoir-faire du studio en la matière.

7 – Gate

Diffuseur : Wakanim
Saison : Eté
Type : Fantasy/Militaire

J’ai déjà parlé de cet anime dans une chronique précédente, dans ce titre A1-Pictures adaptant un light novel à succès, un portail magique apparait en plein cœur de Tokyo et une armée de chevaliers, de vouivres et d’orcs envahit les rues de la capitale nippone. Les morts sont nombreux mais l’envahisseur est rapidement balayé par les forces d’autodéfense japonaises à coup d’hélicoptère de combat, des mitrailleuses lourdes et de blindés. Le gouvernement prend alors la décision d’envoyer un corps expéditionnaire sécuriser l’autre côté de la porte, de violents combats s’ensuivent et l’armée impériales est balayé par la technologie japonaise. On suit alors les aventures de Yoji Itami, militaire et accessoirement otaku dans sa découverte de ce nouveau monde et ses tentatives de nouer des liens entre les deux mondes. Le monde de la science et celui de la magie parviendront-ils à cohabiter pacifiquement alors que de chaque côté de la porte des dirigeants complotent en secret ?

6 – Fate Stay Night: Unlimited Blade Works

Diffuseur : Wakanim
Saison : Printemps
Type : Fantastique

Si le très célèbre visual novel Fate Stay Night avait eu droit à une adaptation quelconque par le studio Deen sous forme de série pour sa version Night et de film pour sa version Unilimited Blade Works, la sortie de la préquelle Fate Zero par le studio Ufotable a marqué par sa qualité… C’est ainsi que le studio est revenu avec une réadaptation de la version UBW de FSN. On suit à nouveau la guerre du Saint Graal entre magiciens et leurs servants (héros des temps anciens réincarnés) aux côtés de Shiro, Rin et Saber dans une fresque épique est plutôt impressionnante visuellement tout au long des deux saisons de diffusion. Rythmé, violent et cruel par moment, cette série donne lieu à des combats épiques. Le dernier tiers de l’anime est un peu moins passionnant plus à cause du support original qu’autre chose. J’attends de pied ferme la dernière version de FSN jamais adapté en anime et réputée la plus sombre de toute : Heaven’s Fell.

5 – Rokka no Yuusha

Diffuseur : Crunchyroll
Saison : Eté
Type : Aventure/Fantastique

Le placement de ce titre aussi haut fera bondir plus d’une personne qui lira cet article mais si un titre m’a bien tenu en haleine grâce à son suspens durant cette année c’est bien lui. Ici, dans cette adaptation de Light Novel par le studio Passione, on suit les aventures d’Adlet Mayer, autoproclamé « le plus fort du monde ». Adlet malgré son absence de pouvoir magique cherche à devenir un des six héros de la déesse afin de vaincre de dieu maléfique… Finalement après pas mal d’ennuis il reçoit la bénédiction de la déesse et fuit avec la princesse Nashétania pour rejoindre les quatre autres héros. Suite à un piège mis en place par les calamités, serviteurs monstrueux du dieu maléfique, ils se retrouvent bloqués dans un champ de force magique…et ils se rendent alors compte qu’ils ne sont pas six mais sept.…Qui est l’intrus ? Comment sortir de ce piège ? La deuxième partie de la série est une suite de cliffhanger très frustrant quand on suit la diffusion de semaine en semaine. Et bien que pour pas mal de gens le coupable soit obvious, personnellement je me suis trompé presque jusqu’à la fin ce qui est bien agréable. Ma seule déception resta la conclusion très ouverte dont on n’aura jamais la suite probablement.

4 – Haikyuu !! Second Season

Diffuseur : Wakanim
Saison : Automne
Type : Sport

Le retour de mon anime préféré de sport de ces cinq dernières années. L’anime qui m’a enfin fait comprendre les règles du volley. Adaptation d’un titre manga qui marche très fort dans le shonen jump au Japon, Haikyuu arrive à mon sens à éviter les embuches traditionnelles des animes sportifs notamment en gardant un rythme plutôt soutenu avec des matchs qui s’enchainent assez rapidement pendant qu’on voit les mentalités des membres de l’équipe de Karasuno évoluer en même temps que leurs ambitions notamment le très atypique duo de secondes formé par Hinata et Kageyama. C’est d’ailleurs en grande partie les ambitions qui premier, pourtant censé être trop petit pour son rôle qui poussent l’équipe à se surpasser match après match.

3 – Soukyuu no Fafner: Dead Agressor – Exodus

Diffuseur : Viewster (Exodus seulement et uniquement Belgique et Suisse : demerdez-vous en somme)
Saison : Hiver/Automne
Type : Mécha

La suite inattendue d’un des premiers anime qui j’ai regardé quand je me suis remis à l’animation japonaise. L’histoire de Fafner c’est avant tout la lutte désespérée de l’humanité contre un envahisseur dont ils ne comprennent à la base que peu de choses et qu’ils nomment Festum. Par certains aspects elle peut se rapprocher de titre comme Evangelion ou Raxephon mais possède vraiment une histoire et une identité propre.
Sur une petite île japonaise, un groupe développe, dissimulé aux yeux du monde en guerre, des armes capables de lutter contre l’envahisseur : ces armes sont appelées Fafner, il s’agit de méchas aux pouvoir particuliers mais qui nécessitent des adolescents génétiquement modifiés pour les piloter. Pourquoi j’aime autant cette série outre le fait qu’il s’agisse d’une série estampillée mécha ? Parce que c’est complexe et déprimant. En effet pour le second point, tout au long de la saga la mort est omniprésente et frappe aussi bien des personnages lambdas que des personnages principaux, parfois de manière attendue mais des fois de manière sèche et brutale. De plus au court des années couvertes durant les deux séries et le film, on n’a pas l’impression de voir une quelconque amélioration de la situation malgré de nombreuses victoires, on est dans la situation où vous devez gagner pour vivre…et gagner de droit de vous battre demain. La complexité vient au fil de l’histoire quand on se rend compte de toutes les implications sous-jacentes, que les « ennemis » ne sont pas tous malveillant mais que dans le même temps des luttes internes aux humains parasitent la lutte.
Et en plus tous les openings et endings sont de Angela…

2 – Sidonia no Kishi

Diffuseur : Netflix
Saison : Printemps
Type : Mécha

Autant le dire tout de suite, l’univers crée par Tsutomu Nihei est un de mes préférés dans le monde de la SF d’animation après l’Universal Century de Gundam et l’univers de Ginga Eyuu Densetsu. Après que la Terre ait été anéantie par des extraterrestres nommé Gauna, les survivant partirent à la recherche d’un havre de paix dans plusieurs vaisseaux colonies. L’exil dure maintenant depuis plusieurs siècles et le vaisseau Sidonia poursuit sa route, seul. Pour sa défense outre de puissante armes, il dispose des sentinelles, puissant méchas de combat pourtant bien faible par rapport à la polyvalence à la force de la race des Gaunas. Sorti des profondeurs du vaisseau, le pilote Tanikaze Nagate va se révéler être un vrai génie du combat contre les Gauna et va mener la lutter pour la survie de Sidonia…mais sa présence est-elle uniquement due au hasard ?
La grande force de Sidonia c’est donc son univers détaillé et poussé qui prend en compte de nombreuses contrainte de l’isolement et de l’autarcie. Manipulation génétique, clonage, manipulation mentale, biomécanique sont autant de techniques de pointes dont l’humanité ne se prive pas d’utiliser. Par exemple afin de résoudre le problème du ravitaillement en nourriture, les habitants sont désormais capables de recourir à la photosynthèse réduisant leurs besoins en nourriture à un repas par semaine. Il se dit même que certaines personnes sont immortelles à bord… Sidonia est une lutte à mort entre humains et Gaunas, qui mettent en œuvre des moyens de plus en plus grand pour parvenir à leur fin…
D’un point de vue technique, l’aspect visuel de la série rebute certaines personnes mais étant aussi un grand fan du manga, je considère que le choix effectué chez Polygon Pictures est loin d’être malavisé et rend assez bien à l’écran le trait du manga.

1 – Mobil Suit Gundam : Iron Blood Orphan

Diffuseur : Wakanim/Daisuki
Saison : Hiver
Type : Mécha

Depuis le temps que j’attendais ça (je regretterais peut-être ces lignes dans trois mois…) mais on a enfin un Gundam hors Universal Century qui claque…et on attendait ça depuis longtemps (Gundam 00 pour certains, Gundam Seed pour moi et depuis toujours pour d’autres). Dans ce Gundam, on suit les aventures d’un groupe d’enfants soldats membres d’une milice sur Mars. Mars qui vit en majorité dans la pauvreté, exploitée par la Terre et dont certains aimeraient négocier l’autonomie voire l’indépendance. Une de ces personnes est Aina Kudelia Bernstein et lorsque la troupe de mercenaires doit la protéger, ils sont attaqués par l’organisation Gjallarhorn qui protège l’ordre établi. Malgré des pertes importantes, les mercenaires adolescents du CGS repoussent l’attaquant notamment à l’aide du Gundam Barbatos, relique de la grande guerre précédente remise en état en secret. Le groupe va alors s’affranchir de ses maitres et tenter de survivre par lui-même en luttant pour protéger Kudelia.
L’intensité des combats, le comportement parfois froid des protagonistes devant la mort et les nombreux complots qui entourent cette histoire permettent à cette série de faire ressortir certaines des plus vieilles qualités des animes Gundam oubliées depuis des années. Ici pour le moment pas d’affrontement sur-abusé d’un génie du pilotage descendant des dizaines d’appareil après deux combats et ce malgré son avantage certain procuré par les modules que les adolescents se sont vu greffés dans le dos dans ce but.
Reste à voir la suite des évènements, mais la présence d’un staff nouveau à la direction de cette série semble avoir fait beaucoup de bien et je connais de nombreux réfractaires à Gundam qui ont malgré tout accroché à cette série en particulier.

Classement complet de l’année :

annee

Et en vrac :

Mon meilleur OP de l’année : Raise Your Flag (Man with a Mission)

Mon meilleur Manga : Area 51

area-51-1-casterman
Mon meilleur jeu console : Splatoon

index
Mon meilleur jeu PC : Divinity Original Sins : Enhanced Edition

divinityoriginalsinenhancededition2015

Publicités