Avec l’explosion d’internet dans les années 2000, le marché de l’animation comme celui du cinéma ou des séries, a dû faire face à une pression toujours plus grande de la diffusion sans licence de ses titres via diverses plateformes de fansub et de warez. Si les deux sont hors la loi, pour ma part je place sur des plans tout à fait différents d’un côté des teams d’amateurs cherchant à faire découvrir des titres indisponibles dans nos contrées et de l’autre des teams cherchant à tout prix à générer du trafic en effectuant une énième version de titres à succès, voir en simplement utilisant une version officielle piratée. C’est donc dans le but de monétiser un minium l’important public d’animes qu’à la fin des années 2000 le marché du streaming a commencé à décoller notamment en France avec notamment Dybex qui lanca en 2009 la diffusion de Full Metal Alchemist Brotherhood via Dailymotion. La diffusion de titres en streaming gratuit par Dybex dura jusqu’en 2012 avec quelques bon titres comme Kids on the Slope, Jormungand ou Deadman Wonderland.

En cette fin d’automne 2015, où en est-on sur le marché francophone ?

Les trois acteurs majeurs

Wakanim

Le plus connu, pour le meilleur comme pour le pire.téléchargement (5)

http://www.wakanim.tv/fr/v2

Wakanim, la petite compagnie du nord de la France est surement la plateforme de diffusion en simulcast (diffusion au même rythme que la série dans son pays d’origine avec un décalage le plus faible possible pour couper l’herbe sous le pied des concurrent illégaux) la mieux implantée du marché. Lancée de manière indépendante dès 2009, elle commencera la diffusions de titres l’année suivante avec le titre Que sa Volonté soit Faite. Le titres des premières années sont globalement assez peu connues (malheureusement pour certaines) comme Tokyo Magnitude 8.0 (2009), [C] – The Money of Soul and Possibility Control(2011), Fractale (2011) ou Un drôle de Père (2011). Mais c’est au final en 2012 que sa visibilité va vraiment exploser, en effet après avoir diffusé au printemps l’anime Tsuritama de A-1 Pictures (un anime sympa et barré qui parle de pêche), il vont enchainer avec un second anime du studio pour la saison d’été dont tout le monde a déjà) entendu le nom : Sword Art Online. En couplant le succès de cet anime avec le modèle gratuit de la plateforme ainsi qu’une chasse aux différentes plateforme illégales, la compagnie accroit rapidement son nombre d’inscrits. De plus ayant fait ses preuves auprès des ayant-droit japonais, ils vont multiplier les licences à succès avec un second gros succès : L’attaque des titans (2013) qui va lui aussi attirer pas mal de monde. Depuis Wakanim continue de diffuser des animes en simulcast à rythme régulier (environ 5-6 titres) par saison avec pas mal de bons, voire très bon titres (et aussi quelques mauvais ne nous voilons pas la face). Si dans un premier temps la compagnie s’est essayée à l’exploitation de ses licences sur support physique, le peu de succès l’ont poussé à laisser d’autres éditeurs s’occuper de ce domaine (IDP et maintenant @anime). Des plateformes dans d’autres langues ont aussi vu le jour avec Wakanim UK en 2013 et Wakanim IT en 2015. 2015 est d’ailleurs une année marquée par pas mal de changements avec une refonte de la plateforme, des changements dans les modèles économiques proposés et l’arrivée du poids lourd japonais en tant qu’actionnaire majoritaire en l’occurrence Aniplex, filiale de Sony et propriétaire du studio A-1 Pictures.
L’éditeur organise aussi des diffusions des films animes en collaboration avec le Grand Rex à Paris.

Modèles économiques actuels :
Gratuit : Episodes disponibles 7j en streaming après la sortie. Ce modèle a été largement réduit cette année par rapport à l’ancien modèle, probablement en lien avec la baisse de la publicité sur Internet d’où le lancement de l’offre suivante.
Abonnement : Tous les épisodes (sauf quelques exceptions) disponibles en streaming jusqu’à 1080p sans délai, ni pub. Offre disponible à 5€/mois.
Mode payant : On peut acheter un épisode ou un arc qui sont alors consultables à volonté en streaming et en téléchargement (format sans DRM), les tarifs sont plus avantageux que par le passé (1€/épisodes mais surtout 10€/arc de 12 épisodes en moyenne)

Points forts :

– Plutôt qualitatif sur ses licences (en moyenne)
– Le forfait à 1€ sans pub et en HD
– Sorties rapides en général par rapport à la diffusion japonaise

Points faibles :

-Quelques petits soucis de traduction/adaptation de temps à autres.

Quelques titres notables :

– L’attaque des Titans
– Sword Art Online
– Haikyu
– Your Lie in April
– Silver Spoon
– Puella Magi Madoka Magica
– Durarara
– Monogatari

Anime Digital Network

téléchargement
L’héritage du passé

http://animedigitalnetwork.fr/

Devant l’insuccès de leur plateforme respective en l’occurrence KZPlay et Genzai, les groupes Kaze et Kana décidèrent en 2013 de fusionner leurs activités de simulcast/VOD à l’intérieur de la plateforme de Kaze qu’ils renommèrent Anime Digital Network. La nouvelle plateforme se lance avec un autre partenaire, la chaine J-One (CanalSat/Numéricable) qui diffuse une parties des simulcasts qu’on trouve sur la plateforme, au prix parfois d’un délai d’une ou deux semaine sur leur diffusion sur celle-ci. S’appuyant au départ sur le gros catalogue historique disponibles pour les éditeurs, la fusion va entrainer une augmentation du nombre de simulcasts qui est actuellement stabilisé autour d’une dizaine par saison. Ces derniers mois la plateforme change progressivement de modèle pour essayer d’accroitre son nombre d’inscrits, son ancien modèle à abonnement n’ayant pas rencontré un grand succès. La combinaison du nouveau modèle économique avec la grosse licence du moment en l’occurrence One Punch Man provoque un regain de visibilité du service.

Modèles économiques actuels :

– Gratuit : Certains titres seulement, pendant 15j et en SD 480p uniquement.
– Abonnement : 7€/mois standard (5€ en annuel) et 10€ pour le prémium premium (6.67€ en annuel). Accès illimité en streaming pour toutes les séries de la plateforme (les OAV et Films uniquement pour l’offre prémium) le tout en 720p (1080p en premium).
– Achat : Il est là aussi possible d’acheter les épisodes en téléchargement définitif sans DRM pour des tarifs équivalent à ceux de Wakanim (1€/ep ou 10€ par saison de diffusion soit ~12ep)

Points fort :

– Beaucoup de licences de simulcasts
– Beaucoup de titres historiques et populaires

Points faibles :

–  Délai de diffusion pour certains titres (une à deux semaines de retard)
– Licences acquises pour des durées très faibles : pas mal de titres ne sont plus disponibles après un ou deux ans

Titres notables :

– One Punch Man
– Naruto
– Fairy Tail
– Bleach
– Hunter x Hunter (2011)
– Assassination Classroom
– GTO
– Log Horizon
– Code Geass
– Magi
– Fate/Zero
– Psycho Pass
– City Hunter

Crunchyroll,

L’Américaintéléchargement (6)

http://www.crunchyroll.com/

Fondé en 2006 aux Etats-Unis, le site a fini par s’installer progressivement comme étant un acteur majeur du marché américain de l’animation mais aussi des dramas. C’est en 2013 que dans l’anonymat le plus total, la plateforme se lance en France suite à la fin de son partenariat avec Genzai de Kana (qui vient de rejoindre Kaze dans ADN comme déjà évoqué). Cette ouverture s’inscrit dans le développement international de la compagnie qui fournit ses services dans de nombreuses langues (Anglais, Français, Italien, Espagnol, Portugais, Allemand et Arabe). Outre les animes et dramas, Crunchyroll diffuse même des mangas en version numériques (pas dans sa version française).
Depuis son arrivée il s’agit du service diffusant le plus grand nombre de licences (dont des séries à format courts) chaque saison, mais on sent qu’il s’agit en général de séries moins grand public et plus confidentielles que pour ses concurrents, les grand titres mainstreams étant soit sur ADN soit sur Wakanim.

Modèles économiques actuels :

– Gratuit : Visionnage de toutes les licences disponible avec un délai de 7j sur la diffusion du simulcast en 480p.
– Abonnement : 5€/mois (3.33€ annuel) avec tout le catalogue anime/drama en accès libre jusqu’à 1080p.

Points forts :

– Service le plus abouti d’un point de vue performances
– Beaucoup de licences chaque saison
– Les dramas en plus pour ceux qui aiment
– Diffusion de catégories d’anime mises de côté habituellement.

Points faibles :

– Peu de licences fortes
– Faible visibilité globale du service

Titres notables :

– Gintama
– Ace of Diamond
– Aldnoah Zero
– Parasite
– Akatsuki no Yona
– Mon Histoire
– Free !
– Jojo’s Bizarre Adventure
– Love Live
– Prison School

Les autres

Viewster,
Le fantômetéléchargement (1)

https://www.viewster.com/

Site de vidéo à la demande (VOD) crée en 2007 en Suisse, cette plateforme se distingue par son anonymat le plus total en France et pourtant certaines de leurs séries sont bel et bien disponibles en VOSTFR et même en simulcast bien qu’il soit difficile de trouver parfois quels sont les titres disponibles en fonction de la langue.

Modèles économiques actuels :

– Gratuit avec pub en 480p

Points forts :

– Ils ont osés licencier Fafner Exodus ? (J’ai rien trouvé d’autre)

Points faibles

– Aucune communication ni visibilité
– Catalogue confus, difficile de voir ce qui est disponible dans quelles langue.
– Pas d’offre sans pub et HD intéressante
– Pub en plein milieu de l’anime

Titres notables :

– Working
– Hetalia
– .hack//
– Danmachi
– Soukyuu no Fafner Exodus

Netflix
Le généralistetéléchargement (2)

https://www.netflix.com

Site de VOD bien connu, il s’agit du seul de la liste chez qui je n’ai rien regardé mais je ne doute pas que d’un point de vue technique la plateforme est plutôt au point au vue de sa popularité. Netflix négocie principalement les droits de séries déjà diffusées chez d’autres éditeurs la plupart du temps même si certaines sont en exclusivités. Pour avoir un avis plus poussé il faudra demander à quelqu’un qui utilise le service.
A noter que Netflix fidèle à sa politique ne fait pas de simulcast, préférant lancer tous les épisodes d’un coup. Les consommateurs réguliers du genre ne sont donc clairement pas la cible ici d’autant que la plateforme se focalise sur les gros titres ayant bien marché déjà sur les autres plateformes.

Noco
Le petit poucettéléchargement (3)

http://noco.tv/

Site de VOD de la chaine de télévision Nolife spécialisée dans le jeu-vidéo et la culture japonaise (et qui disparaitra sauf miracle à la fin de cette année). Lancée en 2014 cette plateforme regroupe plusieurs chaines différentes dont on peut gérer chaque abonnement séparément. On y retrouve le catalogue entier de la chaine elle-même à partir de 5€/mois, mais ici les animes ne sont disponibles que temporairement. Pour trouver quelques animes il faut se tourner vers les autres catalogues disponibles. En effet outre Nolife, on trouve par exemple les catalogue d’Olydri Studio (Noob), Gardians (Flander s’Cotéléchargement (7)mpany, Damned) quelques Dramas chez Toki Media et quelques animes chez We Prod pour 3€/mois. Les animes disponibles sont très peu nombreux : Darker Than Black, Casshern Sins, FLAG et Himawari à l’école des ninjas.

Avec environs 60% de la production licenciée en France chaque saison dont la grande majorité titres importants, la concurrence entre les trois grandes plateforme est féroce et pousse les consommateurs et voyager d’une plateforme à l’autre. Néanmoins quand on y regarde bien on peut arriver à tout voir sur les trois pour moins de 10€ cumulés par mois, pour peu qu’on ait envie d’en regarder toute l’année. Il m’est difficile de dire laquelle est la plus intéressante tant cela dépend des goûts personnels.
De même pour les soucis techniques c’est assez inégal d’une personne à l’autre. Par exemple actuellement je vois des personnes avoir des problèmes avec Wakanim alors que personnellement j’ai plus de soucis sur ADN d’où ma neutralité sur le sujet.

PS : Toutes les éventuelles conneries énoncées ici n’engagent que moi.

Emissions ou articles plus poussés sur le sujet :
http://www.mangacast.fr/emissions/emissions-de-2014/mangacast-n13-saga-wakanim-retour-sur-5-ans-dun-leader-de-la-vod-japanime/
http://www.mangacast.fr/emissions/mangacast/mangacast-n25-dossier-dactu-crunchyroll-rencontre-avec-un-acteur-majeur-de-la-diffusion-danimes/
http://www.mangacast.fr/emissions/emissions-de-2013/mangacast-n10-dossier-dactu-adn-anime-digital-network-le-point-sur-le-service-de-svod-simulcast-de-kana-et-kaze/
http://www.mangamag.fr/dossiers/adn-diffuseur-de-kaze-de-kana/
http://www.mangacast.fr/emissions/emissions-de-2014/mangacast-n12-dossier-dactu-noco-le-service-de-svod-de-la-chaine-nolife/

Publicités