Aujourd’hui ni anime, ni manga mais un retour sur un petit jeu bien sympathique : Banished.
Sorti en Février 2014, Banished présente pour particularité d’être développé par Shining Rock Software ( http://www.shiningrocksoftware.com/game/ ), dont l’effectif est d’une seule personne : Luke Hodorowicz. C’est donc en l’espace de trois ans que ce développeur nous a délivré en solitaire ce sympathique city builder, car oui le but dans Banished est de construire une ville.

Comme le titre le suggère, vous êtes à la tête d’une petite communauté bannies et seule dans une contrée sauvage. AU commencement vous avez donc une poignée de villageois et quelques ressources de base. Le but est donc dans un premier temps de fournir un toit, de la chaleur et de la nourriture à vos villageois sans quoi ils passeront rapidement de vie à trépas. Comme souvent dans ce type de jeu vous devez donc gérer un grand nombre de paramètres de façon à pourvoir votre peuple du nécessaire.
Les matières premières comme le bois, le fer et la pierre peuvent au départ être directement collecté sur la carte, puis de méthode de production plus pérennes viennent en renfort avec les plantations forestières et les mines.A4-1024x576
La nourriture quant à elle peut être produite de nombreuses manières : cultures, élevage, pêche, chasse, cueillette : néanmoins l’agriculture nécessite de se procurer des graines et des animaux vie la commerce et le troc avec des marchands arrivant de temps à autre dans votre village si vous construisez un dock. Au maximum un grand nombre de cultures sont possibles (blé, mais, riz, coton, patates, noix, pêches, pommes, poires, etc…).
Pour la gestion de la chaleur vous devez vêtir vous villageois, notamment en créant des vêtements à partir de cuir (chasse/élevage), de laine ou de coton mais aussi en fournissant du bois de chauffage. La qualité des maisons influe d’ailleurs sur la quantité de bois consommée : le maison basiques sont plus simple à construire mais mal isolées…
D’autres ressources sont vitales comme les herbes médicinales pour la santé de vos villageois ou l’alcool pour leur bonheur.A7-1024x576
Le rendement au travail est aussi un facteur important dans la gestion du village : le temps de trajet (éloignement entre lieu de travail et logement), l’équipement en outil ou non et l’éducation sont autant de paramètres à intégrer.

Si la plupart du temps le jeu semble se montrer étonnamment facile laissant votre village se développer tranquillement au rythme des naissances et des morts, le jeu sait aussi se montrer très punitif. Une mauvaise gestion des stocks de nourriture et votre population que vous avez mis des années à faire croitre va succomber en quelques semaines, une mauvaise gestion des outils sera dure à corriger. De même une épidémie sans structure de soin sera terrible. Le bétail pouvant être malade, si vos enclos identiques sont trop proches, la contamination aura tôt fait de décimer tout votre cheptel… La vie est dure dans Banished.yUahSsk

 

Comme vous l’avez compris, le Banished Vanilla est déjà très intéressant et peut occuper de nombreuses heures les fans du genre. Mais récemment j’ai mis la main sur un mod des plus sympathiques pour le jeu : Le Colonial Charter (http://colonialcharter.com/index.php) . Et alors là ça devient l’orgie puisque le nombre de bâtiments est plus que doublé dans le mod introduisant un nombre impressionnant dejJfTNJ2 ressources : cire d’abeille, brique, verre, homard, cuisse de grenouille, bambou, vodka, confiture, fromage ou encore sirop d’érable : rien n’est épargné ici. Les chaines de productions se coupent et se croisent vous permettant de créer une véritable fourmilière. Votre simple curiosité vous guide : on peut avoir accès à des dizaines d’aliments différents pour la ville sans pour autant que cela ne change grand-chose mais les vrais comprendrons qu’on cherche à tout développer et la satisfaction de voir l’ensemble tourner sans souci.
Récemment j’ai fait une partie en mode Adam et Eve (avec donc deux villageois) et bien c’est peu de dire que le début est bien long mais quand on atteint déjà 500 habitant après plus de 100 ans de jeu on a envie de continuer, de construire toujours plus, d’aller toujours plus loin.q4EYQaV

Sur ce, j’y retourne purger cette incroyable envie de casse mon clavier que RNGesus me donne chaque fois que je me connecte à Archeage. Ici le seul responsable c’est vous !

Publicités