Le light novel est un format un peu particulier de roman japonais visant un public d’adolescent et/ou de jeune adultes. Comme pour les mangas, ils ont longtemps fait l’objet de prépublication dans des magazines spécialisés (même si des nos jours ils sont souvent plutôt diffusés sur le net dans un premier temps par exemple SAO et Log Horizon) et la particularité de ces romans est leur simplicité d’accès ainsi que la présence de pages d’illustration au fil de l’histoire. En version définitive, le light novel se présente alors sous forme d’un livre de qualité de papier basse et de petit format (A6) propice à une lecture nomade et dont les tarifs sont particulièrement abordables.

LN1
Quelques licences de Light Novel populaires au Japon

Si ce format rencontre un fort succès dans son pays d’origine (plsuieurs centaines de milliers de ventes pour les plus gros titres et des milliers de participants aux principaux concours d’écriture afin d’obtenir le droit d’être publié) on ne peut pas dire que pour le moment cela soit le cas à l’exportation. Pourtant nombre de licences célèbres en jeu, anime ou manga sont tiré à l’origine de ce format comme les célèbre Sword Art Online, To Aru Majutsu no Index, Mahouka Koukou no Rettousei, No Game No Life, Durarara et autres Monogatari.

Malgré tout quelques initiatives ont vu le jour en France pour diffuser ce format dans notre pays qui est, il faut le rappeler, un des plus gros marchés à l’export pour les biens culturels japonais. La plus connue est la tentative de Pika de licencier le light novel et le manga de la pourtant célèbre série anime en 2009 : La Mélancolie de Suzumiha Haruhi. Malheureusement de nombreuses « erreurs » furent commises par Hachette qui s’occupa de cette diffusion. En effet un certain nombre de choix furent fait par l’éditeur comme la suppression des illustrations (qui font partie de l’essence même du light novel) et ce même sur la couverture. Ces erreurs couplées à une communication défaillante et une cible marketing hasardeuse entrainèrent logiquement un cuisant échec commercial. La parution s’arrêta brutalement et seules quelques initiatives éparses et sporadiques se manifestèrent comme du Fairy Tail chez Pika et D.Gray Man, Libray Wars chez Glenat par exemple, sans pour autant que ces sorties parviennent à obtenir une visibilité.

Quelques tentatives de diffusion isolées
Quelques tentatives de diffusion isolées

Mais l’année dernière enfin du nouveau : une nouvelle maison d’édition voit le jour Ofelbe avec comme objectif la distribution de light novel en France. Cette nouvelle maison d’éditions travaillant de concert avec l’éditeur de manga Ototo parmi les deux premiers titres annLN6oncés, il ne fut guère surprenant de retrouver Spice and Wolf, série adapté en manga justement édité en France par Ototo et aussi adaptée en anime. Cette série raconte les aventures d’un marchand et d’une déesse louve voyageant dans un monde médiéval où le héros Lawrence Kraft nous dévoile les diverses manipulations notamment commerciales mais aussi politique et religieuse qui façonne les transactions qu’il effectue au fil de l’aventure.

LN3Néanmoins si cette licence est une des plus connue parmi les light novel, l’annonce qui fait l’effet d’une bombe est l’acquisition de la licence Sword Art Online déjà immensément populaire dans le monde de l’animation grâce à l’adaptation animé d’A1-Pictures dont j’ai déjà parlé et qui est un des plus gros cartons de ces dernières années. (Ototo en profita d’ailleurs pour acquérir la licence manga de Sword Art qu’elle publie depuis l’année dernière.)

 Après ces annonces s’ensuivit une phase de tâtonnement d’Ofelbe envers son potentiel public afin de mettre en forme l’édition française afin que la sortie soit un succès. Si les premiers retours envisageant la séparation des illustrations du roman reçurent un accueil glacial, l’éditeur su tenir compte des retours pour finalement nous offrir en ce mois de mars 2015 une édition d’une très bonne qualité. Toutes les illustrations sont aux finales présentes et la couverture est celle d’origine. Le papier est aussi de bonne qualité alors que le format est plus grand que l’original afin de convenir aux standard français ce qui est un plus pour les illustrations. Il est important de noter que les tomes français de SAO et de Spice and Wolf regroupent chacun deux tomes japonais là encore pour obtenir des formats proches de ceux publiés en France et ce afin de pouvoir toucher un public large.

LN4.jpg

Pour ceux qui voudraient un comparatif détaillé des éditions françaises/japonaises je conseille ce lien et une critique plus détaillé du premier tome de SAO : http://otakiew.fr/sword-art-online-et-spice-wolf-tome-1-les-premiers-light-novels-signes-ofelbe-review-ln/  ainsi que http://otakiew.fr/sword-art-online-une-aventure-virtuelle-un-reel-plaisir-critique-ln-2/#comment-218

On ne peut que souhaiter bonne chance à Ofelbe pour le futur et saluer leur initiative de se lancer sur un marché compliqué. On sait déjà qu’une troisième série est d’ores et déjà sur les rails sans que son titre n’ait encore été dévoilé et nul doute que d’autres suivrons si les lecteurs fans des univers crée par des LN sont au rendez-vous.

PS : Pour ceux que ça intéresse c’est disponible aux alentours de 19.90€

Publicités