Dans tous les domaines la mode est aux remakes dans de nombreux domaines, aujourd’hui je vais donc parler d’un remake particulièrement réussi à mes yeux et qui fait partie de mes 5 animes préférés parmi les quelques centaines que j’ai pu voir (avis très personnel). Je vais donc vous parler d’un grand classique de l’animation japonais : Uchuu Senkan Yamato, plus couramment connu en occident sur le nom de Space Battleship Yamato.

On garde ici la chanson originale de l’opening


A l’origine il s’agit d’une série de 1974 réalisée par le très connu Leiji Matsumoto (également créateur de l’univers de Harlock) et par Noburo Ishiguro qui donnera lieu à deux suites en animes et à plusieurs films et mangas.

Comme vous pouvez vous en douter avec le titre, l’anime originel se concentre autour de la mission du cuirassé spatial Yamato. En 2190 l’humanité colonise progressivement le système solaire et ce malgré un guerre interne quelques année plus tôt. C’est alors qu’une flotte extraterrestre fait son apparition, le premier contact entre la flotte terrienne et la flotte Gamillas se solde par la première bataille entre la Terre et une nation extérieure au système solaire. Rapidement la flotte Gamillas se renforce et prend position sur la périphérie du système avant de rapidement fondre vers la Terre. Miraculeusement, eu prix de lourdes pertes la flotte de défense massé près de Mars parvient notamment grâce au capitaine Juzo Okita à repousser les envahisseurs qui changent alors de tactique. Comprenant que les Terriens ne veulent pas se rendre, les Gamillas commencent alors à bombarder la Terre à l’aide de météorites radioactives et de plantes aux spores toxiques. Les villes sont rasées, les mers disparaissent suites aux multiples impacts et un hiver nucléaire s’abat sur l’humanité qui n’a d’autre choix que s’enterrer. C’est alors que tout semble perdu qu’en 2198 une autre nation extérieure prend contact avec eux et leur fourni la technologie nécessaire aux voyages spatiaux en leur promettant de sauver la Terre s’ils parviennent à atteindre leur planète mère : Iscandar. Commence alors le projet Yamato : en utilisant comme camouflage l’épave du mythique cuirassé de la seconde guerre portant le même non, un cuirassé spatial est construit en utilisant les nouvelles technologies offertes par les Iscandariens. Lorsqu’en 2199 le Yamato décolle enfin à destination d’Iscandar, on estime qu’il ne reste environ qu’une année à vivre pour l’humanité avant que les radiations ne finissent de les tuer : débute alors le premier voyage interstellaire de l’humanité sous forme d’un contre la montre d’un an et menant jusqu’au nuage de Magellan. Bien entendu les surprises seront nombreuses et les Gamillas mené par leur empereur Abelt Dessler feront tout pour se débarrasser de l’unique vaisseau terrien.

Une réalisation datée pour la première version

Il est intéressant de noter que comme Gundam, la première diffusion de la série sera un échec mais par la suite l’engouement grandira avec la rediffusion jusqu’à devenir un monument de l’animation.

Si la première série est datée de nos jour et que je la déconseillerais à ceux qui ne sont pas amateurs de vieilleries, le remake dont je parle est un incontournable de la SF. Déjà d’un point de vue technique c’est du très haut niveau (diffusion au cinéma au Japon oblige) et le studio Xebec délivre là une œuvre de grande qualité sur l’ensemble des 26 épisodes. La bande son est elle-même très prenante et on note la présence de l’opening de la série d’origine très connu au Japon.

De nombreux points sur scénario ont été revus au fil de l’aventure avec pas mal de personnages supplémentaires notamment féminins ce qui donne un équipage plutôt mixte et donc plus moderne que dans la version originale. Les personnages sont d’ailleurs un autre point fort de la série avec des personnages pleins de charisme, de personnalité et plutôt attachants.

Publicités